Une ville israélienne avec 19 % de population arabe n’a pas de livres en Arabe en bibliothèque

| Gili Izikovich pour Haaretz | Traduction J.Ch. pour l’AURDIP |

Deux résidents déposent une plainte officielle à propos de bibliothèques de Nazareth le Haut qui ont des livres en Hébreu, Russe, Anglais, Espagnol et Français, mais aucun en Arabe.


Alors que 19 pour cent des résidents de Nazareth le Haut sont arabes, les bibliothèques municipales de cette ville du nord d’Israël ne possèdent pas un seul volume en Arabe. Lundi, deux résidents locaux ont rempli une requête administrative officielle dans l’espoir de faire changer cet état de fait.

Les bibliothèques de cette ville, située juste à côté de Nazareth, principale ville arabe, ont des livres en Hébreu, Russe, Anglais, Espagnol et Français, mais pas en Arabe. Qui plus est, les bibliothèques de Nazareth le Haut proposent une série d’activités d’enrichissement aux enfants, mais peu sont animées en Arabe pour les jeunes de la ville, originaires du pays et parlant Arabe, estimés à 2.000 enfants.

L’Association pour les Droits Civiques en Israël (ACRI), qui a déposé cette requête au nom des deux résidents, a dit que, depuis environ trois ans, elle était en contact avec la municipalité de Nazareth le Haut et avec le Ministère de la Culture et des Sports à propos de cette situation.

En réponse, la municipalité a annoncé que des efforts sont en cours pour installer une bibliothèque à part pour la communauté arabe de la ville dans un centre communautaire du quartier de Kramim. ACRI fait cependant remarquer que la collection actuelle consiste en des livres qui ne remplissent qu’une seule rangée d’étagères, ajoutant que, même si elle était plus substantielle, « les résidents insistent sur leur exigence pour que des [volumes] en Arabe fassent partie des autres bibliothèques publiques de la ville ».

« L’Arabe est l’une des langues officielles du pays et, en tant que résidents contribuables de la ville, nous avons droit, adultes et enfants, à un financement et des ressources qui nous permettent d’accéder à des livres dans notre langue dans tous les domaines, ainsi qu’à des loisirs et des activités culturelles en Arabe – tout comme les autres résidents dont l’Hébreu ou le Russe est la langue maternelle », a dit l’un des requérants, Hani Salum.

Effort infructueux pour trouver un bâtiment

En réponse, le Ministère de la Culture a déclaré : « Le Ministère de la Culture et des Sports soutient les bibliothèques publiques et travaille à leur développement au profit de toutes les populations et secteurs du pays, sans tenir compte de la religion, du genre ou de la race. L’aide au bibliothèques publiques est allouée de manière équitable, pour faire face au mieux aux besoins de la communauté.

« Par conséquent, plus de 60 bibliothèques, dont les équipements publics de Nazareth le Haut, mises à disposition des communautés arabes et mixtes et qui desservent le secteur arabe, bénéficient de façon continue de l’aide du Ministère de la Culture. La municipalité de Nazareth le Haut a alors projeté un bâtiment qui servirait de bibliothèque pour le secteur arabe de la ville, mais, voyant qu’il ne convenait pas, l’achat de livres en Arabe fut donc arrêté. »

Le ministère a fait remarquer qu’on avait décidé de créer une division de langue arabe dans l’une des bibliothèques annexes locales, et que le ministère continuerait à aider à y garantir l’achat de livres et de médias numériques en Arabe.Le ministère a jouté qu’en réalité, il y a, à la bibliothèque, une série d’activités d’enrichissement en Arabe pour les enfants d’âge préscolaire de Nazareth le Haut, dont des heures du conte et des programmes musicaux.

« De toutes façons », a-t-il conclu, « le Ministère de la Culture n’a pas encore reçu la requête en question et sa réponse à ce sujet sera fournie au tribunal. »