Une vidéo montre des soldats israéliens arrêtant un garçon de 9 ans

Une vidéo filmée le 19 mars montre des soldats israéliens se disputant avec des enseignants palestiniens dans une école primaire à Hébron, en Cisjordanie. Les enseignants essaient en vain d’empêcher l’arrestation d’un élève de 9 ans. La vidéo, bien que choquante, capture une scène qui n’est devenue que trop banale dans les territoires occupés, particulièrement à Hébron.


Dans la vidéo, mise en ligne par plusieurs utilisateurs de Facebook et sur YouTube par B’Tselem, une organisation à but non lucratif basée à Jérusalem et qui défend les droits humains dans les territoires occupés, un des enseignants est montré en train de crier en arabe : « Vous ne pouvez pas emmener ce garçon ! » Un officier israélien lui dit de lâcher l’enfant et de reculer.

La confrontation a eu lieu au début de l’après-midi à l’extérieur de l’école élémentaire Ziad Jaber à Hébron. Yazan Idris, 9 ans, et son frère Tayyem, 7 ans, ont fini l’école à 12:30 et ont commencé à marcher vers leurs maisons. Quelques minutes plus tard, ils sont revenus en courant à l’école, dans le bureau du directeur.

Un officier de l’armée israélienne et un soldat sont entrés peu après dans l’école et ont dit qu’ils arrêtaient les deux garçons qu’ils accusent de jet de pierres, selon B’Tselem. Deux enseignants ont essayé de les empêcher d’emmener Yazan, et la discussion s’est envenimée quand quatre soldats supplémentaires sont arrivés en renfort et ont menacé d’arrêter l’un des enseignants.

Les soldats israéliens ont ensuite emmené Yazan au checkpoint le plus proche, à 10 mètres de l’école. Ils l’ont finalement relâché après une rencontre de plus d’une heure avec des employés de l’école et la mère de Yazan.

« Ils ne respectent pas la loi militaire israélienne »

Amit Gilutz, un porte-parole pour B’Tselem, qui a aussi sous-titré la vidéo (en anglais), a déclaré que la scène lui en rappelle d’innombrables autres.

« Les mineurs sont fréquemment arrêtés en Cisjordanie, plusieurs centaines par an. Ils sont supposés être protégés selon le droit israélien, mais malheureusement les enfants palestiniens ne jouissent pas des mêmes protections que les enfants israéliens, donc ils sont beaucoup plus vulnérables.

En général, les Palestiniens dans les territoires occupés sont toujours arrêtés selon la loi militaire. Ils sont amenés devant une cour martiale, où le procureur et le juge font tous deux partie de l’armée. Les Palestiniens sont complètement exclus du système judiciaire régulier qui garantit à chacun le droit d’être considéré comme innocent jusqu’à la preuve de sa culpabilité, et sont au contraire considérés systématiquement comme coupables. Mais dans le cas de cet enfant, le droit militaire lui-même n’était pas respecté. La législation militaire établit à 12 ans l’âge légal de responsabilité, alors que cet enfant n’en avait que neuf. »

« C’est une façon de maintenir un contrôle sur les gens de génération en génération ».

« L’arrestation a eu lieu à Hébron qui est un cas particulier à l’intérieur des territoires occupés. C’est la seule ville où les colons israéliens vivent dans le centre historique de la cité, et non dans les faubourgs. Il y a 2000 colons vivant près de 200000 Palestiniens. Les colons ont une idéologie extrêmiste et il y a beaucoup de soldats stationnés là pour les protéger.

La vidéo ne montre pas une loi en train d’être appliquée. Elle montre à quoi ressemble la vie quotidienne sous l’occupation. Si les enfants sont vraiment coupables de quelque chose, ils devraient recevoir une convocation. Au lieu de cela, les enfants sont arrêtés agressivement, des soldats débarquant quelquefois dans leurs maisons au milieu de la nuit pour les tirer du lit. Parfois ils sont arrêtés dans la rue et on ne dit pas à leurs parents où ils sont emmenés.

Et une fois arrêtés, les enfants n’ont pas la permission de voir leurs parents ou un autre adulte. Ils sont aussi maltraités verbalement et parfois physiquement.

Les arrestations se produisent fréquemment ; elles sont menées pour garder les familles, ainsi que la population en général, en état de peur. C’est simplement une façon de maintenir un contrôle sur les gens de génération en génération. »

Environ 200 Palestiniens mineurs sont retenus dans les prisons israéliennes, selon une analyse de B’Tselem de mars 2019, basée sur les données de l’armée israélienne et le service des prisons d’Israël. Un rapport de l’UNICEF de 2013 concluait que la maltraitance des enfants retenus dans le système de détention israélien était « répandue » et remarquait qu’Israël est le seul pays qui juge « systématiquement » les enfants dans des tribunaux militaires.