Une organisation étudiante britannique condamne Israël et appelle au boycott

| Asa Winstanley pour The Electronic Intifada | Traduction CG pour l’AURDIP |

Des militants solidaires du Royaume-Uni ont crié victoire lundi, lorsque le Conseil exécutif national (National Executive Council, NEC) de l’Union nationale des Étudiants (National Union of Students, NSU) a voté une motion en solidarité avec la Palestine et en faveur d’un embargo des armes contre Israël.

La motion du NEC condamne l’assaut mortel d’Israël et le blocus de la bande de Gaza.

Elle appelle aussi les membres de la NUS, qui comprend sept millions d’étudiants, à boycotter « les corporations complices de financer et d’aider l’armée israélienne, y inclus G4S et Hewlett Packard ».

Ceci est une extension de la précédente politique de NUS soutenant le mouvement BDS car la motion décide de « fournir de l’information et des ressources pour accompagner les syndicats et organisations étudiants dans leur campagne pour le boycott et le désinvestissement de compagnies identifiées comme soutenant Israël matériellement, économiquement, militairement et/ou l’aidant à maintenir des colonies illégales ».

Un des principaux militants de NUS en faveur de la motion de BDS est Malaka Mohammed, un étudiant de Gaza étudiant actuellement le droit à Sheffield. Mohammed était déjà un militant de BDS à Gaza et est un contributeur occasionnel de The Electronic Intifada.

[Le texte reproduit ensuite plusieurs Tweets de Malaka Mohammed #MalakaMohammed, @MalakaMohammed, annonçant la décision du Conseil et exprimant sa satisfaction.]

Aaron Kiely, membre de NEC et précédent responsable de Black Students [Étudiants noirs] a dit sur Facebook que le vote était historique et que c’était un signe que « les Black Students et la gauche en général faisaient d’immenses avancées à l’intérieur du mouvement étudiant ».

[Le texte reproduit ensuite plusieurs Tweets de Aaron Kiely, @Aaron_Kiely, annonçant que la décision du Conseil a été prise par 23 votes favorables contre 18 et exprimant sa fierté d’avoir pris part au vote.]

Kiely encourage les étudiants britanniques à ajouter leurs noms à une déclaration supplémentaire contre Israël, sur le site web de la Campagne de solidarité avec la Palestine.

Résolution complète

Motion et amendement : condamnation de la punition collective et des assassinats à Gaza.

Pour discussion et vote au NEC de la NUS lundi 4 août 2014.

Le NEC pense :

- 1. Alors qu’il écrit ce texte, environ 170 Palestiniens ont été tués dans les bombardements israéliens de la bande de Gaza au cours de l’Opération « Bordure protectrice » (Protecting Edge), la majorité d’entre eux étant des civils, et Israël a averti que d’autres attaques auraient lieu.

- 2. La plupart des morts palestiniennes se sont produites à cause de bombardements délibérés d’Israël sur des maisons, ce qui a été condamné comme illégal par le groupe israélien des droits de l’homme B’Tselem. Du samedi 13 au 21 juillet des personnes ont été tuées lorsqu’Israël a bombardé la maison du chef de la police palestinienne. D’autres bombardements ont ciblé des centres de soins spécialisés, des parcs et des organisations caritatives.

- 3. Ces dernières attaques ont lieu dans le contexte du blocus auquel sont soumises les populations de la bande de Gaza et qui a été décrit par le directeur des opérations de l’UNRWA comme « un siège moyenâgeux » et comme un « camp de prisonniers » par le premier ministre [britannique] David Cameron.

- 4. Le blocus par Israël a été décrit par le Comité international de la Croix-Rouge comme « une punition collective imposée en violation claire des obligations d’Israël selon le droit humanitaire international ».

- 5. À cause des effets de longue durée du blocus et des assauts récents, les fournitures médicales et électriques sont à un seuil critique à Gaza, ce qui aggrave la crise humanitaire.

- 6. Israël a juré d’ignorer la pression internationale et à continuer l’escalade, pendant que le gouvernement palestinien a appelé la communauté internationale à prendre « des mesures sérieuses » pour mettre fin aux violations d’Israël.

- 7. Une série de manifestations de masse a eu lieu dans tout le Royaume-Uni contre les attaques israéliennes, y inclus une de plus de 10 000 personnes à Londres.

Le NEC décide de

- 1. Condamner les attaques israéliennes sur Gaza et de soutenir les appels pour un cessez-le-feu immédiat.

- 2. Condamner le blocus de Gaza et soutenir les campagnes demandant à ce qu’il soit levé, conformément au droit international.

- 3. Continuer l’actuelle politique de NUS à propos de compagnies comme Veolia ou Eden Springs qui ont été identifiées comme complice des abus concernant les droits de l’homme en Israël/Palestine.

Ajoute un amendement :

- 1. En deux semaines depuis le lancement de l’Opération « Bordure protectrice », l’armée israélienne a tué plus de 630 Palestiniens, blessé plus de 3800 et déplacé plus de 118 000 personnes, 80% des morts étant des civils.

- 2. L’armée israélienne est accusée de se servir d’armes illégales y inclus des bombes au phosphore blanc et des armes DIME (Dense Inert Metal Explosive) contre une des régions à plus forte densité de population du monde et contre des cibles constituées principalement de civils.

- 3. Cette absence de respect pour les droits de l’homme et le droit international est cohérent avec la conduite d’Israël lors des assauts précédents sur Gaza, en particulier l’opération Cast Lead (Plomb fondu ou Plomb durci, 2008/2009) et l’opération Pillar of Defense (Pilier de Défense, 2012).

- 4. Le financement massif et l’aide militaire à Israël de la part des pays occidentaux aident à perpétuer les abus d’Israël en allégeant la pression financière de la guerre ; le gouvernement britannique facilite aussi le commerce et la coopération avec Israël concernant les armes lourdes, indiquant ainsi sa complicité dans ce massacre et dans les précédents.

- 5. Le fait que des politiciens israéliens de premier plan appellent à un génocide effectif, au nettoyage ethnique et aux crimes de guerre contre les Palestiniens indique qu’en appeler à leurs dirigeants politiques sur une base purement morale serait naïf.

- 6. Le gouvernement britannique n’étant même pas disposé à condamner Israël pour cet assaut, il incombe maintenant au public et aux institutions civiles d’exercer une pression économique et politique pour convaincre Israël de respecter le droit international.

- 7. Depuis le lancement de l’assaut, d’autres pays ont pris des mesures substantielles, par exemple le Chili a suspendu des négociations commerciales avec Israël.

- 8. Il y a un précédent pour l’usage d’un tel levier économique contre les crimes d’Israël, à savoir que 12 états européens ont récemment suivi une première initiative britannique de déconseiller explicitement aux investisseurs de faire des affaires avec les colons israéliens, parce qu’ils contreviennent au droit international.

- 9. NUS s’est déjà déclaré en faveur d’une opposition active aux compagnies complices dans les abus des droits de l’homme en Israël/Palestine, parce qu’elles ont un effet négatif sur les chances d’un accord juste et durable.

- 10. La Campagne Black Students de NUS, les branches NUS Londres et NUS Écosse ont voté en faveur du soutien à la campagne Boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) contre les compagnies et les produits soutenant l’agression et l’occupation israéliennes.

Ajoute les résolutions :

- 1. Appeler le gouvernement britannique à condamner l’assaut actuel d’Israël sur Gaza, à cesser toute aide et subvention à Israël, à imposer un embargo des armes vers Israël et à demander un cessez-le-feu négocié entre des représentants légitimes israéliens et palestiniens.

- 2. Rédiger un appel à nos membres pour boycotter les compagnies et les corporations complices de financer et d’aider l’armée israélienne, incluant G4S et Hewlett Packard.

- 3. Fournir l’information et les ressources pour soutenir les organisations et syndicats étudiants faisant campagne pour le boycott et le désinvestissement des compagnies identifiées comme soutenant Israël matériellement, économiquement, militairement, et/ou aidant à maintenir les colonies israéliennes illégales.

- 4. Mener un audit interne des services, produits et départements de NUS pour s’assurer que, dans la mesure du possible, ils n’emploient pas, ou ne travaillent pas avec, des compagnies identifiées comme facilitant la capacité militaire israélienne, les abus des droits de l’homme ou l’activité de colonisation illégale, et travailler activement à couper les liens avec celles qui le font.

Asa Winstanley, rédacteur associé à The Electronic Intifada, est un journaliste d’investigation vivant à Londres. Il s’est régulièrement rendu en Palestine depuis 2004. Il a édité avec Frank Barat le livre Corporate Complicity in Israel’s Occupation, publié par Pluto Press.

Website : www.asawinstanley.com

Twitter : @AsaWinstanley