Un musée israélien a annulé la conférence d’un artiste à cause de son identité palestinienne

| Hakim Bishara pour Hyperallergic | Traduction CG pour l’AURDIP |

Le musée Hecht de l’université de Haïfa a annoncé que la conférence de Saher Miari était annulée parce que l’apparition d’un artiste palestinien n’était pas conforme à la politique de la Fondation Hecht qui subventionne le musée.


Le musée Hecht sur le campus de l’université de Haïfa en Israël a annulé cette semaine la conférence d’un artiste parce qu’il s’identifie comme Palestinien. Le musée a déclaré que la conférence de l’artiste Saher Miari était annulée parce que l’apparition d’un artiste palestinien n’est pas conforme à la politique de la Fondation Hecht, la fondation qui subventionne le musée.

L’annulation a provoqué un flot de condamnations de la part d’artistes, de militants et d’universitaires locaux. L’université de Haïfa a immédiatement dénoncé la décision du musée et organisé la conférence dans une autre salle du campus le mardi 14 janvier.

La conférence était programmée mardi en conjonction avec l’exposition de Miari, Construction in Progress [Construction en progrès], présentée actuellement dans un couloir à l’extérieur de la bibliothèque de l’université. L’exposition a été organisée par des étudiants en histoire de l’art en tant que projet pour un cours sur la pratique de la conservation, enseigné par la conservatrice d’art Smadar Schindler.

La veille du jour prévu pour la conférence, la directrice et conservatrice du Hecht, Shunit Netter-Marmelstein, a adressé une lettre à Schindler et au directeur du département d’histoire de l’art de l’université, Jochai Rozen, les informant de sa décision d’annuler l’événement. La lettre a été communiquée à Haaretz.

« La décision vient de notre engagement à prendre en considération les opinions et les voeux de la Fondation Hecht. Sur la base d’expériences précédentes, la fondation ne permettrait pas qu’une conférence liée à une exposition soit organisée dans le musée pour un artiste palestinien », a écrit Netter-Marmelstein. « Le désagrément que nous avons rencontré nous aurait été épargné si vous m’aviez contactée directement ; j’aurais pu alors obtenir des informations complètes à propos de l’événément que vous souhaitiez organiser ».

Le musée Hecht n’a pas encore répondu à la demande de commentaires de Hyperallergic. Dans une déclaration à Haaretz, Netter-Marmelstein a refusé de répondre aux questions sur l’incident, disant qu’elle est actuellement en vacances à l’étranger, mais elle a déclaré qu’elle « souhaitait s’excuser si un désagrément avait été causé injustement à une personne impliquée ».

Miari, qui vit dans une ville arabe au nord d’Israël, a obtenu un master en beaux-arts de l’université de Haïfa en 2018. Dans une conversation téléphonique avec Hyperallergic, il a qualifié l’annulation d’« acte flagrant de racisme ».

« J’ai été étudiant dans cette université et je continue à collaborer avec elle. Maintenant, ce musée me dit que je n’en fais pas partie », a-t-il déclaré.

Dans une série de posts sur sa page Facebook, Schindler a qualifié la décision du musée d’« incompréhensible » et d’ « inacceptable », et a averti qu’une « ligne rouge avait été franchie ».

Jeudi, l’artiste israélien Samucha a annoncé sur Facebook qu’il avait demandé au musée de retirer ses oeuvres par solidarité avec Miari. « Cher Saher, j’ai honte de cet incident et je demande votre pardon », a-t-il écrit.

Haïfa est une ville mixte judéo-arabe au nord d’Israël, connue comme le centre culturel des Palestiniens vivant en Israël. L’université de Haïfa repose de manière importante sur les droits d’inscription des étudiants palestiniens, qui constituent 41.1% de sa population étudiante totale (en 2017).

Parmi les critiques du musée figure le professeur Gur Alroey, doyen de la faculté des Lettres à l’université de Haïfa. Dans une lettre qu’il a adressée au président, au recteur et au directeur-général de l’université, il a écrit : « Il n’est pas difficile d’imaginer la tempête qui aurait éclaté si le conservateur d’un musée en Europe avait écrit un e-mail similaire à un directeur de département en remplaçant le mot ‘palestinien’ par le mot ‘juif’. Je suis honteux et embarassé en tant que doyen de faculté, en tant qu’universitaire, et en tant que citoyen ».

Dans une déclaration publique fournie à Haaretz, l’université de Haïfa a déclaré :

« L’université prend cette affaire au sérieux. La décision d’empêcher un artiste israélien de participer à un événement auquel il a été invité à cause d’une certaine composante de son identité est une décision inappropriée qui n’a pas sa place à l’université. La décision a été prise sans l’approbation de l’administration et sans l’en informer. La conservatrice est actuellement à l’étranger et donc à ce stade seule une enquête partielle a pu être menée. Une enquête complète et approfondie aura lieu dès qu’elle retourne en Israël. »

Présentant des motifs architecturaux et des matériaux de construction locaux, l’exposition de Miari explore la notion de foyer israélien à partir de la perspective d’un Palestinien vivant en Israël. L’oeuvre est nourrie du travail de Miari comme ouvrier du bâtiment pendant ses années d’université. (Les jobs dans la construction sont courants pour les hommes palestiniens confrontés à des opportunités d’emploi réduites dans un marché du travail largement discriminatoire.)

« Mon travail est cultivé à partir de l’expérience de la construction de maisons pour des Israéliens », a-t-il dit à Hyperallergic. « A travers cela, j’examine ce que cela signifie d’être un Palestinien vivant dans l’état d’Israël ».

Miari demande des excuses de la part du musée et appelle le département d’art de l’université de Haïfa à remettre en question ses liens avec le musée Hecht aussi longtemps qu’il continuera à travailler avec la fondation d’extrême-droite. « Je ne garderai pas le silence là-dessus », a-t-il dit. « Je demanderai un rendez-vous avec la directrice du musée et poursuivrai l’affaire jusqu’à sa conclusion pour que cela ne se reproduise pas. »