Solidarité africaine avec la Palestine Universitaires africains et africanistes


Nous, les soussignés, universitaires africains et africanistes, considérons que garder le silence sur la dernière catastrophe humanitaire causée par le nouvel assaut militaire d’Israël sur la bande de Gaza — le troisième en six ans et le plus dévastateur — équivaut à de la complicité. Les États membres de l’ONU qui ont organisé une guerre aérienne sur la Libye, ostensiblement pour protéger les civils de Benghazi, restent pour la plupart bien silencieux sur le sort des civils de Gaza. Les gouvernements du monde entier et les médias grand public ne demandent pas de comptes à Israël pour ses violations du droit international. Nous, cependant, en tant que communauté universitaire, avons une responsabilité morale de le faire.

Ni la violation du droit international ni la destruction de la vie palestinienne à Gaza, pourtant, n’ont commencé, ou ne finiront avec la guerre actuelle[1]. La souffrance des Palestiniens n’est pas limitée à Gaza : l’occupation et dépossession à Jérusalem-Est, dans le Naqab (Negev), et en Cisjordanie ; la construction de murs et de clôtures autour de la population palestinienne, la restriction de la liberté de mouvement et d’éducation palestinienne, et les démolitions de maisons, tout cela a une longue histoire qui devra être traitée.

Comme employés dans des instituts d’enseignement supérieur, nous avons un intérêt particulier, et une responsabilité, à combattre les obstacles que l’état israélien a créés contre les Palestiniens à la fois à l’intérieur d’Israël et dans les territoires occupés. Rien que dans les deux derniers mois, les forces israéliennes ont fait irruption à l’université Al Quds à Jérusalem, à l’université arabe américaine à Jenin, et à l’université Birzeit près de Ramallah [2]. Pendant les attaques en cours, le bombardement aérien d’Israël a détruit l’université islamique de Gaza. Plus généralement, l’état israélien discrimine les étudiants palestiniens dans les universités israéliennes [3] et isole les universitaires palestiniens, entre autre en empêchant leurs homologues étrangers de visiter les institutions palestiniennes à Gaza et en Cisjordanie [4]. Nous sommes aussi alarmés par la longue histoire des confiscations d’archives palestiniennes et de destruction de bibliothèques et de centres de recherche [5].

Les massacres israéliens en cours à Gaza ont été des rappels épouvantables de la complicité des institutions académiques israéliennes dans l’occupation et l’oppression des Palestiniens. L’université de Tel Aviv, l’université hébraïque de Jérusalem, l’université Bar Ilan, l’université de Haifa, Technion et l’université Ben Gurion ont publiquement affirmé leur soutien inconditionnel à l’armée israélienne[6]. Plus généralement, il existe des connexions étroites entre les institutions universitaires israéliennes et les organisations militaires, politiques et de sécurité en Israël [7]. Pour ne prendre qu’un exemple : l’université de Tel-Aviv est directement impliquée, par son Institut pour les études de sécurité nationale (Institute for National Security Studies, INSS), dans le développement de la doctrine Dahiya [8], adoptée par l’armée israélienne dans ses assauts sur le Liban en 2006 et sur Gaza aujourd’hui. La doctrine Dahiya promeut la large destruction de l’infrastructure civile et “une intense souffrance” au sein de la population civile comme moyen "efficace" de maîtriser toute résistance [9].

Nous applaudissons les quelques dizaines d’universitaires israéliens qui ont protesté contre leur gouvernement, et ceux qui ont signé un pétition appelant à la fin du bombardement israélien sur Gaza [10]. Il est alarmant qu’ils aient dû faire face à des mesures disciplinaires de leurs propres universités [11]. Nous sommes au côté de ces universitaires et nous les assurons de notre soutien.

Quant à nous, nous sentons tenus de rejoindre le nombre croissant d’universitaires en Israël et dans le monde entier qui soutiennent l’appel palestinien au boycott des institutions universitaires israéliennes. Cet appel répond à celui lancé il y a longtemps par les organisations de la société civile palestinienne en faveur d’une large implémentation de boycotts, désinvestissements et sanctions (BDS) contre Israël et il est soutenu par la Fédération palestinienne des syndicats de professeurs et d’employés des universités (Palestinian Federation of Unions of University Professors and Employees, PFUUPE).

Suivant les pas d’un nombre grandissant d’associations universitaires américaines qui ont approuvé les résolutions de boycott [12], nous appelons nos collègues à boycotter les institutions universitaires israéliennes et nous nous engageons à ne pas collaborer à des projets ou à assister à des conférences ou à d’autres événements dans ces institutions, et à ne pas publier dans des journaux académiques basés en Israël. Nous appelons à agir ainsi jusqu’à ce que ces institutions mettent fin à leur complicité dans la violation des droits palestiniens tels que les stipule le droit international et qu’elles respectent complètement les droits des Palestiniens, en appelant Israël à :

- 1. Mettre fin au siège de Gaza, à son occupation et à la colonisation de tous les territoires arabes occupés en juin 1967, et démanteler les colonies et les murs ;

- 2. Reconnaître les droits fondamentaux des citoyens arabo-palestiniens d’Israël et des Bédouins apatrides du Negev à la pleine égalité ;

- 3. Respecter, protéger et promouvoir les droits des réfugiés palestiniens à retourner dans leurs maisons et leurs propriétés comme il est stipulé dans la résolution 194 de l’ONU.

"Ceci est une adaptation de la lettre appelant les universitaires et bibliothécaires des études sur le Moyen-Orient à boycotter les institutions universitaires israéliennes".

Pour plus d’information, contactez, svp :

Palestine Solidarity

Dakar, Senegal

Phone : +221338259822/23

Email : africans.palestine chez gmail.com

Signer la pétition / Sign the English original version

Si vous avez des difficultés pour signer en ligne, envoyez, svp, un e-mail à : africans.palestine chez gmail.com

NOTES

[1] Associated Press, "Israel used calorie-count to limit Gaza food during blockade, critics claim," The Guardian, 17 October 2012, http://www.theguardian.com/world/2012/oct/17/israeli-military-calorie-limit-gaza.

[2] Voir le rapport d’incident sur Academic Freedom Monitor de Scholars at Risk Network, http://monitoring.academicfreedom.info/reports/2014-06-22-birzeit-university-arab-american-university-al-quds-university-palestine.

[3] The Arab Cultural Association, Annual Summary Report 2011-12, novembre 2012, http://alrasedproject.files.wordpress.com/2013/02/alrased1_eng.pdf.

[4] Campaign for the Right to Enter the Occupied Palestinian Territory (OPT), Academia Undermined : Israeli Restrictions on Foreign National Academics in Palestinian Higher Education Institutions, May 2013,

http://www.pchrgaza.org/files/2013/Education%20Report%20Academia%20Undermined%20May%202 013.pdf.

[5] Gish Amit, "Salvage or plunder ? Israel’s ’collection’ of private Palestinian libraries in West Jerusalem," Journal of Palestine Studies 40 (July 2011) : 6-23.

[6] http://www.shalomlife.com/business/24941/how-tel-aviv-university-supports-the-idf. Voir aussi : pour l’université de Haifa ; pour Technion ; pour Bar Ilan.

[7] Gil Eyal, “Military Establishment and Middle East Studies,” in The disenchantment of the Orient : Expertise in Arab Affairs and the Israeli State (Stanford University Press, 2008), 185-236. voir aussi : Keller, Uri Yacobi. “The Academic Boycott of Israel and the Complicity of Israeli Academic Institutions in Occupation of Palestinian Territories.” Alternative Information Center (http://electronicintifada.net/files/091214-academic-boycott.pdf).

[8] Voir The Goldstone Report, 24, and http://electronicintifada.net/files/090708-soas-palestine-society.pdf.

[9] http://imeu.org/article/the-dahiya-doctrine-and-israels-use-of-disproportionate-force.

[10] http://haimbresheeth.com/gaza/an-open-letter-to-israel-academics-july-13th-2014/ and reported here : http://electronicintifada.net/blogs/ali-abunimah/handful-israeli-academics-responds-call-condemn-gaza-slaughter.

[11] http://www.alternativenews.org/english/index.php/politics/israeli-sosaciety/3279-bar-ilan-university-discriminating-against-leftist-academics-3279.

[12] Ces associations sont : the Critical Ethnic Studies Association (CESA), African Literature Association (ALA), Native American and Indigenous Studies Association (NAISA), Association for Humanist Sociology (AHS), Association of Asian American Studies (AAAS), and American Studies Association (ASA).

Consulter la liste des signataires

Signer la pétition / Sign the English original version