Pour la garantie d’une liberté totale de circuler pour les universitaires internationaux travaillant dans les institutions universitaires palestiniennes


Chers collègues,

Pourquoi ne pas signer cette pétition concernant la discrimination à l’encontre des universités palestiniennes, une initiative d’Academia for Equality ?

La pétition sera transmise aux destinataires suivants : au ministre israélien de l’Intérieur Aryeh Deri, au procureur général israélien Avichai Mandelblit, à l’avocat général en chef des forces israéliennes Sharon Afek, et au Coordinateur de l’armée israélienne des activités du gouvernement dans les territoires (le COGAT).

Vous trouverez de plus amples informations sur la discrimination à l’encontre des universités palestiniennes sur le site Times Higher Education Supplement.

------------------

« Nous, soussignés, membres de la communauté universitaire internationale, exigeons que les autorités israéliennes cessent immédiatement d’empêcher les universitaires internationaux de travailler dans les universités et autres établissements universitaires palestiniennes.

« Au cours des trois dernières années, les autorités israéliennes ont sapé davantage encore la capacité du personnel universitaire international à travailler dans les universités palestiniennes. Entre autres pratiques illégales, les autorités israéliennes ont refusé de délivrer des permis de travail, elles ont fixé des conditions supplémentaires, excessives, pour l’octroi de visas aux professeurs invités, et elles ont subordonné le transit par l’aéroport Ben-Gourion à des garanties extrêmement élevées. Ces pratiques ont déjà eu de dramatiques conséquences : certains professeurs ont dû partir avant la fin de l’année universitaire, tandis que d’autres se retrouvent dans un flou juridique, bloqués en Cisjordanie et incapables de partir en l’absence de l’assurance qu’ils seront autorisés à revenir. Rien qu’à l’Université de Birzeit, douze départements ou établissements affiliés risquent maintenant de perdre des professeurs au cours de l’année universitaire à venir, et notamment le Conservatoire national de musique Edward Saïd.

« Tant le droit international que le principe de la liberté universitaire font que les pratiques israéliennes sont tout à fait inacceptables. Les pratiques en cours ne font pas que priver la société palestinienne d’une ressource essentielle à sa croissance à court terme, mais elles auront sur elle des effets nuisibles à long terme.

« En tant que professionnels universitaires, nous exigeons que cette politique discriminatoire cesse immédiatement. Les conditions de travail des personnels universitaires internationaux devraient être identiques à celles de leurs homologues des universités israéliennes, et conformes aux normes internationales ».

Signez la pétition ici.