Nour Jaber, 23 ans, palestinien, mort dans les prisons israéliennes !

| AFPS |

Le 21 avril, entre 21 heures et 22 heures, Nour Jaber Al-Barghouti, 23 ans, du village de Aboud, près de Ramallah a fait une crise cardiaque. Malgré les appels à l’aide de la part de ses codétenus dans la prison du Naqab (Néguev), l’administration pénitentiaire a tardé à intervenir. Ceci a rendu plus difficile sa réanimation.

Ce matin, ils annonçaient sa mort.

Prisonnier politique palestinien, Nour Jaber Al-Barghouti avait été condamné à huit ans de prison et en avait fait quatre.
Il est la dernière victime en date de la barbarie israélienne : ce qui est pudiquement appelé « négligence médicale » consiste à ne pas soigner les prisonniers malades, à les laisser dépérir dans d’horribles souffrances, pour certains jusqu’à la mort.

En 2019, quatre prisonniers politiques palestiniens sont morts suite à cette politique délibérée de « négligence médicale ». Ils sont 223 à être décédés dans les prisons israéliennes depuis 1967.
Ce sont 1 800 prisonniers politiques palestiniens qui sont malades, dont 700 sérieusement et 200 gravement et qui sont spécialement en danger car ils ne reçoivent pas les traitements nécessaires.

Depuis plusieurs semaines des associations palestiniennes de défense des droits de l’homme et des prisonniers appellent à l’aide. Elles dénoncent les conditions de détentions, le prolongement de détentions préventives suite à la fermeture des tribunaux, les risques de contamination lors des interrogatoires, etc.

Alors qu’elles ont libéré des prisonniers israéliens de droit commun, les autorités israéliennes refusent de libérer les prisonniers politiques palestiniens les plus affaiblis (prisonniers âgés, enfants, malades, femmes)

Ils sont plus de 5 000 dans les prisons israéliennes : les prisonniers politiques palestiniens ne doivent pas y mourir !

Le Bureau National de l’AFPS, le 22 avril 2020