Lettre de l’AURDIP aux Députés Européens concernant les relations de l’Union européenne et Israël

|

[Version française plus bas]

Download the letter as a pdf file


24 Avril 2010 | AURDIP, BRICUP, Campagna Diritto allo Studio e Libertà Accademica in Palestina, CUNCAP |

Dear Member of the European Parliament

We are scientists and educators representing a broad segment of the academic community in Europe, and we are writing this letter to protest against moves to upgrade the existing relationship between the European Union and Israel.

Following a meeting in June 2008 between the European Union and Israel, the Council of the EU announced its "determination to upgrade the level and intensity of its bilateral relations with Israel" with the intention of adopting a new agreement, replacing the Joint Action Plan of 2005, by April 2009. In the wake of the outrage provoked by the Israeli military Operation Cast Lead against the population of the Gaza Strip, the plans were shelved and no deadline has been announced for their implementation. Nevertheless, there have been persistent rumors that a comprehensive upgrade is still on the agenda.
Last November the EU and Israel signed a new agreement on trade in agricultural
products, presented as "a major step forward in the integration of the EU and Israeli markets." Similarly, a proposed agreement "on conformity assessment and acceptance of industrial products", announced on March 22 by the EU Foreign Affairs Council, who plan "to forward a draft decision on the conclusion of the protocol to the European Parliament for its consent", is identified explicitly as "an important step towards Israel’s integration in the Single Market." Despite Israel’s well-publicized intransigence on settlements and failure to negotiate in good faith with its Palestinian counterpart, the examples mentioned above suggest the EU Council has nevertheless chosen to implement the upgrade one sector at a time.

To justify our opposition, we need look no further than the EU Council’s own statement concerning the process : "That building-up must be based on the shared values of both parties, and particularly on democracy, respect for human rights, the rule of law and fundamental freedoms, good governance and international humanitarian law."

Clauses referring to respect for human rights and international law have been a constant feature of bilateral agreements between the EU and Israel. Even the supporters of these agreements find it hard to reconcile these provisions, notably Article 2 of the EU-Israel association agreement, with Israel’s continuing occupation of the West Bank and East Jerusalem, and its military blockade of Gaza. Following the devastation of Gaza in early 2009, and the severe indictment by the Goldstone report of Israel’s actions in that war, voices have increasingly been raised to protest the failure of the EU to respect its own commitment to these clauses. Just this March, the European Parliament, referring to the
"responsibility and the credibility of the European Union and of its member states", called for "the implementation of [the Goldstone report’s] recommendations and accountability for all violations of international law, including alleged war crimes.

Yet the upgrade continues, gradually, surreptitiously, and in complete disregard of the EU’s stated commitment to human rights and international law. As British MPs Clare Short and Derek Wyatt wrote last autumn, "the European Commission and member states are failing in their duty to uphold the conditions of our own treaty with Israel and to use these requirements to obtain long-term peace and justice”.

As scientists and educators, we are especially concerned about the situation of our
Palestinian colleagues, and their students, at universities in the Palestinian territories as well as in Israel. Those of us who have visited the West Bank and Gaza can bear witness to the many ways in which the normal course of studies and research is disrupted. For instance, three soldiers are enough to set up a checkpoint at the entrance of a Palestinian university ; they will control comings and goings at leisure, so that students and professors will spend their day in the waiting line instead of the lecture rooms. This is so commonplace an occurrence that it does not even make the news, but it is a day lost for the university, which will be made up with difficulty during the academic year. Such vexations and humiliations are innumerable, and appear to be deliberately intended to destroy any hope that students or professors might have of reasonable working conditions, and to show them that the only possible way to a normal education is by leaving their country.

In the meantime, we see Israeli science developing in directions with which we deeply disagree. The occupation of Palestinian territories, the subjection of the native population to arbitrary control, and the surveillance of the Gaza strip would be too labour-intensive for the Israeli army to handle without the help of technology. This technology includes rudimentary devices like roadblocks and separation walls, which crowd Palestinians into separate neighbourhoods, allowing for easy control as they move through the few available openings from one area to another. But there are also very sophisticated devices : the drones that fly permanently over Gaza, terrorizing the population who know full well that a deadly strike may come from them at any time ; the remote-control bulldozers, used during the Gaza invasion to destroy Palestinian commercial buildings,
dwellings and fields ; or the fiber optic cables used to detect tunnels between Gaza and Egypt. Designing the technology supporting such operations, carried out in total disregard of human life and basic rights, is not a legitimate scientific activity. Yet the Israeli universities participating in the EU association agreement are deeply involved in the development of such technology : the three instances just cited are all taken from the website of Technion, the Israel Institute of Technology. Intellectual support is provided by the development within academia of new theories on “proportionality” and “acceptable death ratio”, basically counting how many civilians it is “allowable” to kill during a military operation.

We are very much afraid that the (absence of) values informing such developments may be carried over to Europe, where the fruits of progress of a thousand years, such as Habeas Corpus in Great Britain or the Declaration of Rights in France, may be thoughtlessly swept away under the guise of scientific or technological progress.

After the Oslo agreements in 1992, many of us put our faith in academic cooperation between Europe, Israel and Palestine, as a confidence-building step for both sides and a way of training the leadership of a future Palestinian state. After almost twenty years of fruitless efforts, during which time Israel has continuously created new “facts on the ground”, that is to say illegal settlements, in East Jerusalem and the West Bank, and turned the Gaza strip into little more than an open-air prison, submitted to a strict blockade of even basic supplies, we think the time is long overdue to put pressure on the Israeli government.

We therefore urge you to oppose any upgrading of the existing agreement between the EU and Israel. On the contrary, we urge you to apply Article 2 of the existing treaty, and suspend all cooperation, as the European Parliament already demanded in April 2002, until Israel fulfills its obligations under international law, notably the Fourth Geneva convention, to enable the population of the occupied territories to enjoy the rights due to all people : the right to travel, the right to trade, the right to education, the right to property, the right to the protection of the law.

With our best regards

(for) Association des Universitaires pour le Respect du Droit International en Palestine (AURDIP)

(signed) Ivar Ekeland, Former President, Université de Paris-Dauphine
president chez aurdip.fr

(for) British Committee for Universities for Palestine (BRICUP)

(signed) Dr. Robert Boyce, London School of Economics
contact chez bricup.org.uk

(for) Campagna per il Diritto allo Studio e la Libertà Accademica in Palestina

(signed) Professor Danilo Zolo, Università degli Studi di Firenze
diritto.studio.palestina chez gmail.com

(for) Comissió Universitària Catalana per Palestina (CUNCAP)

(signed) Professor Laia Haurie, Universitat Politècnica de Catalunya
cuncap chez gmail.com


24 Avril 2010 | AURDIP, BRICUP, Campagna Diritto allo Studio e Libertà Accademica in Palestina, CUNCAP |

Madame, Monsieur le député Européen,

Nous sommes des scientifiques et des enseignants représentant un large spectre de la communauté universitaire en Europe. Nous vous écrivons pour protester contre les projets qui vont vers de l’extension des accords existants entre l’Union Européenne et Israël.

Suite à une rencontre entre l’Union Européenne et Israël en juin 2008, le conseil de l’UE a annoncé sa « détermination à rehausser le niveau et l’intensité de ses relations bilatérales avec Israël » avec l’intention d’adopter un nouvel accord avant avril 2009, en remplacement du Plan d’Action Conjointe de 2005. À la suite de l’indignation provoquée par l’Opération militaire Israélienne Plomb Durci contre la population de la Bande de Gaza, ces plans ont été ajournés sans qu’aucune échéance ne soit annoncée pour leur mise en œuvre. Néanmoins, selon des rumeurs persistantes, un rehaussement complet est toujours à l’ordre du jour. En novembre dernier, l’UE et Israël ont signé un nouvel accord portant sur le commerce de produits agricoles, présenté comme une « étape majeure vers l’intégration des marchés de l’UE et d’Israël ». De même, un projet d’accord « sur l’évaluation de la conformité et l’acceptation de produits industriels », annoncé le 22 mars par le Conseil des Affaires étrangères de l’UE, qui projette « d’envoyer un projet de décision sur la conclusion du protocole au Parlement Européen pour approbation », est explicitement identifié comme « un pas important vers l’intégration d’Israël dans le marché unique ». Malgré l’intransigeance bien connue d’Israël sur la question des colonies et son échec à mener des négociations de bonne foi avec la partie palestinienne, les exemples mentionnés ci-dessus suggèrent que l’UE a malgré tout choisi de mettre en oeuvre le rehaussement, secteur par secteur.

Pour justifier notre opposition, nous n’avons pas besoin de chercher plus loin que dans les déclarations du Conseil de l’UE concernant ce processus : « Cette élaboration doit s’appuyer sur les valeurs partagées par les deux parties, et notamment sur la démocratie, le respect des droits humains, l’état de droit et les libertés fondamentales, la bonne gouvernance et le droit humanitaire international ».

Les clauses se référant au respect des droits humains et au droit international ont été un trait constant des accords bilatéraux entre l’UE et Israël. Même ceux qui soutiennent ces accords ont du mal à réconcilier ces clauses, notamment l’Article 2 de l’accord d’association UE-Israël, avec la poursuite de l’occupation de la Cisjordanie et de Jérusalem Est, ainsi que le blocus militaire de Gaza. Après la mise à sac de Gaza au début de 2009 et les accusations sévères portées par le rapport Goldstone à l’encontre des agissements d’Israël dans cette guerre, des voix de plus en plus nombreuses se sont levées pour protester contre l’échec de l’UE à respecter son propre engagement à ces clauses. Pas plus loin qu’au mois de mars dernier, le Parlement Européen, faisant référence à la « responsabilité et la crédibilité de l’Union Européenne et de ses États membres », a appelé à « la mise en oeuvre des recommandations [du rapport Goldstone] et l’établissement des responsabilités pour toutes les violations du droit international, y compris les cas allégués de crimes de guerre ».

Pourtant, le rehaussement continue, graduellement, subrepticement, et dans le mépris total des engagements affichés par l’UE en faveur des droits humains et de la loi internationale. Comme l’ont écrit les députés Britanniques Clare Short et Derek Wyatt l’automne dernier, « la Commission Européenne et les Etats membres manquent à leur devoir de soutien des conditions de leur propre traité avec Israël et à l’utilisation de ces exigences pour obtenir une paix et une justice durables ».

En tant que scientifiques et qu’enseignants, nous sommes particulièrement préoccupés par la situation de nos collègues palestiniens et leurs étudiants dans les universités des territoires palestiniens et en Israël. Ceux d’entre nous qui ont visité la Cisjordanie et Gaza peuvent témoigner des multiples façons dont sont désorganisés le cours des études et la recherche. Par exemple, trois soldats suffisent pour établir un checkpoint à l’entrée d’une université palestinienne ; ils contrôlent à loisir les entrées et sorties, obligeant les étudiants et les professeurs à passer leur journée à faire la queue au checkpoint plutôt que dans les salles de cours. Cette situation est si commune qu’on n’en parle même plus dans la presse. Cependant, pour l’université, c’est un jour de perdu, difficile à rattraper au cours de l’année universitaire. De telles vexations et humiliations sont innombrables. Elles semblent délibérément destinées à détruire chez les étudiants et les professeurs tout espoir d’avoir des conditions de travail raisonnables, et à leur montrer que la seule possibilité d’avoir une vie normale, c’est de quitter leur pays.

Dans le même temps, nous voyons la science en Israël se développer dans des directions que nous désapprouvons profondément. L’occupation de territoires palestiniens, l’assujettissement de la population locale à des contrôles arbitraires et la surveillance de la bande de Gaza exigeraient trop de travail de l’armée Israélienne sans l’aide de la technologie. Cette technologie inclut des dispositifs rudimentaires comme les barrages routiers et les murs de séparation, qui entassent les palestiniens dans des enclaves séparés, permettant un contrôle facile de leurs déplacements à travers les rares ouvertures entre les différentes zones. Il y a également des dispositifs très sophistiqués : les drones qui survolent constamment Gaza, terrorisant la population qui sait très bien qu’une frappe meurtrière pourrait arriver à tout moment ; les bulldozers télécommandés, utilisés pendant l’invasion de Gaza pour détruire les bâtiments commerciaux des palestiniens, leurs demeures et leurs champs ; ou encore les câbles à fibre optique utilisés pour détecter les tunnels entre Gaza et l’Égypte. Concevoir la technologie nécessaire à de telles opérations, menées dans le mépris total de la vie humaine et les droits fondamentaux, n’est pas une activité scientifique légitime. Pourtant, les universités israéliennes participant à l’accord d’association avec l’UE sont profondément impliquées dans le développement de telle technologie : les trois exemples que l’on vient de citer sont tirés du site web du Technion, l’Institut Israélien de Technologie. Ces opérations reçoivent un soutien intellectuel du fait du développement dans la communauté universitaire de nouvelles théories sur la « proportionnalité » ou le « taux de décès acceptable », ce qui revient à compter le nombre de civils qu’il est « admissible » de tuer pendant une opération militaire.

Nous craignons très fortement que les valeurs sous-jacentes (ou plutôt l’absence de valeurs) à de tels développements puissent être exportées en Europe, où les fruits de progrès millénaires, comme l’Habeas Corpus en Grande Bretagne ou la Déclaration des Droits de l’Homme en France, pourraient être balayés sans réflexion, par des idées prenant l’apparence de progrès scientifiques ou technologiques.

Après les accords d’Oslo de 1992, beaucoup d’entre nous ont cru en la coopération académique entre l’Europe, Israël et la Palestine, comme une étape de construction de la confiance entre les deux parties, et une manière de former le leadership d’un future Etat palestinien. Après près de vingt ans d’efforts infructueux, période pendant laquelle Israël a continuellement créé de nouveaux « faits sur le terrain », autrement dit des colonies illégales à Jérusalem Est et en Cisjordanie, et a transformé la bande de Gaza en à peine plus qu’une prison à ciel ouvert, soumise à un blocus strict sur les approvisionnements les plus basiques, nous pensons qu’il est grand temps de mettre la pression sur le gouvernement israélien.

Nous vous demandons par conséquent de vous opposer à tout rehaussement de l’accord entre l’UE et Israël. Au contraire, nous vous demandons d’appliquer l’Article 2 du traité existant, et de suspendre toute coopération, comme l’a demandé le Parlement Européen en avril 2002, jusqu’à ce qu’Israël remplisse ses obligations au regard du droit international, notamment la quatrième convention de Genève, de façon à permettre à la population des territoires occupés de profiter des droits dus à tous les peuples : le droit de voyager, le droit de faire du commerce, le droit à l’éducation, le droit à la propriété individuelle et le droit à la protection de la loi.

Avec nos meilleurs considérations.

(pour) Association des Universitaires pour le Respect du Droit International en Palestine (AURDIP)
(signé) Ivar Ekeland, ancient Président, Université de Paris-Dauphine president chez aurdip.fr

(pour) British Committee for Universities for Palestine (BRICUP)
(signé) Dr. Robert Boyce, London School of Economics contact chez bricup.org.uk

(pour) Campagna per il Diritto allo Studio e la Libertà Accademica in Palestina
(signé) Professeur Danilo Zolo, Università degli Studi di Firenze diritto.studio.palestina chez gmail.com

(pour) Comissió Universitària Catalana per Palestina (CUNCAP)
(signé) Professeur Laia Haurie, Universitat Politècnica de Catalunya cuncap chez gmail.com

Téléchargez cette lettre au format PDF