Lettre au comité exécutif de la Société mathématique européenne concernant la Russie et Israël

Un groupe de mathématiciens salue la décision de la Société mathématique européenne (EMS) de geler la coopération universitaire avec les institutions publiques et les entreprises commerciales en Russie, à la suite de l’attaque de la Russie contre l’Ukraine. Ils appellent l’EMS à appliquer les mêmes principes universels qu’elle a mis en œuvre à juste titre à l’égard de la Russie et à suspendre la coopération universitaire avec les membres corporatifs israéliens jusqu’à ce que leurs collègues palestiniens puissent jouir pleinement de l’intégralité des droits académiques et politiques qui leurs sont dus.


Chers membres du comité exécutif de la Société mathématique européenne, chers collègues,

Les mathématiciens soussignés saluent la décision du comité exécutif de la Société mathématique européenne de geler la coopération universitaire avec les institutions publiques et les entreprises commerciales en Russie, à la suite de l’attaque de la Russie contre l’Ukraine. Nous convenons qu’une invasion est « une attaque contre les valeurs fondamentales de liberté, de démocratie et d’autodétermination, qui à leur tour fournissent les bases de la liberté académique et des opportunités de coopération académique ».

Nous notons que trois institutions israéliennes sont des « membres corporatifs » de de la Société mathématique européenne :
- Le département de mathématiques du Technion,
- l’institut de recherche Emmy Noether pour les mathématiques, de l’université de Bar-Ilan,
- L’Union mathématique d’Israël.

Le peuple palestinien a été soumis depuis des décennies à des attaques militaires répétées, à des invasions périodiques extrêmement destructrices et à une occupation militaire soutenue, en violation du droit international, une situation que les ONG tant internationales qu’israéliennes ont qualifiée d’apartheid. Le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté plus de 200 résolutions appelant Israël à cesser, et la Cour internationale de justice a statué que le mur de l’apartheid est illégal et qu’Israël est dans l’obligation de le démanteler. Malgré ces condamnations, Israël continue ses violations flagrantes du droit international.

Nous appelons la Société mathématique européenne à appliquer les mêmes principes universels qu’elle a mis en œuvre à juste titre à l’égard de la Russie et à suspendre la coopération universitaire avec ses membres corporatifs israéliens jusqu’à ce que nos collègues palestiniens puissent jouir pleinement de l’intégralité des droits académiques et politiques qui leurs sont dus.

Nous vous prions de bien vouloir diffuser ce message aux membres de la Société mathématique européenne via votre newsletter.

Signataires

Ahmed Abbes, CNRS & IHES, France
Tuna Altınel, Institut Camille Jordan, Université Claude Bernard Lyon 1, France
Joseph Ayoub, University of Zurich, Switzerland
Viviane Baladi, CNRS & Sorbonne Université, France
Arnaud Beauville, Université Côte d’Azur, France
Bruno Chiarellotto, Università degli studi di Padova, Italy
Ivar Ekeland, Université Paris-Dauphine, France
Catherine Goldstein, CNRS, IMJ-PRG, Sorbonne Université et Université de Paris, France
Julien Grivaux, Institut de Mathématiques de Jussieu, France
Michel Gros, CNRS & Université de Rennes I, France
Michael Harris, Institut de Mathématique de Jussieu-PRG, France
Clément Mouhot, University of Cambridge, United Kingdom
Joseph Oesterlé, Sorbonne Université, France
Fabrice Orgogozo, CNRS et université Sorbonne Université, France
Sylvain Sorin, Sorbonne Université, France