Les forces israéliennes tirent sur un jeune Palestinien de 13 ans près de Bethléem et le tuent


Ramallah, 23 février 2022 – Les forces israéliennes ont tiré hier à balles réelles sur un jeune Palestinien de 13 ans au centre de la Cisjordanie occupée et l’ont tué.

Un soldat israélien a tiré mortellement dans la poitrine de Mohammad Rezq Shehadeh Salah en début de soirée du 22 février près de la barrière de séparation israélienne à Al-Khader, au sud-ouest de Bethléem, au centre de la Cisjordanie occupée, d’après les renseignements collectés par Défense des Enfants International – Palestine. Mohammad était approximativement à 100 mètres (330 pieds) de la barrière de séparation quand on lui a tiré dessus. Les forces israéliennes entrent fréquemment dans ce village par les portes de la barrière de séparation toutes proches. Des témoins auditifs ont rapporté avoir entendu au moins trois tirs de fusil, d’après les informations collectées par DEIP.

« Les forces israéliennes tuent couramment illégalement des enfants palestiniens en toute impunité, faisant un usage excessif de la force et un usage intentionnel injustifié d’une force létale », a dit Ayed Abu Eqtaish, directeur du programme de responsabilité à DEIP. « Si un enfant est soupçonné de commettre un acte criminel, il devrait être appréhendé en accord avec les normes internationales et bénéficier d’une juste procédure judiciaire. »

Après que Mohammad ait été blessé et alors qu’il gisait sur le sol, les forces israéliennes se sont approchées de lui et lui ont retiré ses vêtements, d’après l’enregistrement vidéo réalisé après le tir. Les forces israéliennes ont empêché une ambulance palestinienne d’approcher de Mohammad, d’après les informations recueillies par DEIP. Mohammed est resté par terre environ 30 minutes avant que des soldats ne le mettent sur un brancard et l’emportent jusqu’à la Route 60, route principale nord-sud de la Cisjordanie occupée, d’après les informations collectées par DEIP.

Le père de Mohammad, Rezq Shehadeh Salah, est allé Route 60 et a vu deux ambulances israéliennes. Il a essayé d’en savoir plus sur l’état de son fils, mais les soldats l’ont empêché d’approcher de la zone, l’ont menacé avec leurs armes à feu et lui ont dit de s’en aller, a dit DEIP.

Vers 20 H.40, le ministère palestinien de la Santé a annoncé que Mohammad avait succombé à ses blessures. Le corps de Mohammad a été retenu toute la nuit par les autorités israéliennes et rendu à sa famille aujourd’hui, d’après les informations collectées par DEIP.

Un communiqué de l’armée israélienne a prétendu que Mohammad jetait un cocktail Molotov au moment où il a été abattu, a rapporté Haaretz.

Mohammad est le deuxième enfant palestinien tué par les forces israéliennes en 2022, d’après les documents collectés par DEIP. Le 13 février, un sniper israélien a visé et tué Mohammad Akram Ali Taher Abu Salah âgé de 16 ans alors que les forces israéliennes se déployaient dans le village de Silat Al-Harithiya près de Jénine, au nord de la Cisjordanie occupée, d’après la documentation réunie par DEIP.

2021 a été l’année la plus mortelle pour les enfants palestiniens depuis 2014. Les forces israéliennes et les civils armés d’Israël ont tué 78 enfants palestiniens, d’après les preuves collectées par DEIP.

Conformément au droit international, la force létale intentionnelle ne peut être justifiée qu’en présence d’une menace directe pour la vie ou par crainte de graves blessures. Pourtant, les enquêtes et les preuves collectées par DEIP laissent régulièrement entendre que les forces israéliennes utilisent une force létale contre les enfants palestiniens dans des circonstances qui peuvent s’apparenter à des exécutions extrajudiciaires ou délibérées.