Les forces israéliennes ont tué par balles près de Jérusalem un jeune Palestinien de 17 ans

Les forces israéliennes ont tué par balles le 1er octobre près de Jérusalem Fayez Khaled Mahmoud Damdoum âgé de 17 ans. (Photo : avec l’aimable autorisation de la famille Damdoum)


Ramallah, le 4 octobre 2022 - Les forces israéliennes ont tué samedi par balles un jeune Palestinien de 17 ans au centre de la Cisjordanie occupée.

Fayez Khaled Mahmoud Damdoum, 17 ans, a été visé et abattu par les forces israéliennes vers 15 H.30 le 1er octobre dans la ville d’Al-Eizariya, à l’Est de Jérusalem, au centre de la Cisjordanie occupée, d’après les renseignements récoltés par Défense des Enfants International – Palestine (DCIP). Fayez roulait à motocyclette derrière deux véhicules militaires israéliens qui entraient à Al Eizariya en venant de la base militaire israélienne toute proche. Un agent paramilitaire de la police des frontières a tiré à balles réelles dans le dos et le cou de Fayez, qui a été transféré au Service d’Urgence d’Abu Dis, où les médecins l’ont déclaré mort.

« Les enfants palestiniens vivent dans un contexte hyper-militarisé où les incursions de l’armée israélienne dans les communautés palestiniennes pour arrêter et effrayer les civils palestiniens sont la norme », a dit Ayed Abu Eqtaish, directeur du programme de responsabilisation à DCIP. « Au cours de ces incursions, les forces israéliennes ont régulièrement recours à une force létale intentionnelle dans des situations qui ne le justifient pas selon le droit international et elles ne font aucun effort pour enquêter ou s’assurer que les soldats israéliens agissent en accord avec les normes internationales. Au lieu de cela, tous les Palestiniens, y compris les enfants, sont considérés comme des cibles.

Fayez, qui roulait à moto avec un ami, a essayé de ralentir quand les véhicules militaires devant lui ont freiné, mais la moto a dérapé. Il est tombé et a été traîné par la moto, d’après les renseignements rassemblés par DCIP. Son ami a sauté de la moto avant qu’elle ne tombe et s’est enfui. Fayez s’est relevé, a couru moins d’un mètre (trois pieds), et alors les forces israéliennes ont tiré et l’ont tué d’une distance de deux à quatre mètres (7 ou 13 pieds). L’unique balle s’est logée dans son cerveau, d’après les informations réunies par DCIP.

D’après le droit international, une force létale intentionnelle ne se justifie qu’en présence de menace directe pour la vie ou par crainte de graves blessures. Pourtant, les enquêtes et les preuves récoltées par DCIP suggèrent régulièrement que les forces israéliennes utilisent une force létale contre les enfants palestiniens dans des circonstances qui peuvent s’apparenter à des assassinats extrajudiciaires ou volontaires.

40 enfants palestiniens ont été tués en 2022, d’après les documents réunis par DCIP, dont 23 enfants palestiniens tués par balles par les forces israéliennes ou les colons en Cisjordanie occupée. DCIP a réuni des documents sur l’assassinat de 17 enfants palestiniens entre le 5 et le 7 août après le lancement de l’offensive militaire par les forces israéliennes dans la Bande de Gaza. DCIP continue d’enquêter sur plusieurs incidents.

2021 a été l’année la plus mortelle pour les enfants palestiniens depuis 2014. D’après les preuves réunies par DCIP, les forces israéliennes et des civils armés ont tué 78 enfants palestiniens.