Le tribunal militaire d’Ofer condamne l’auteur palestinien Ahmad Qatamesh et le garde enfermé en détention administrative

Aujourd’hui 20 juillet 2020, le tribunal militaire d’Ofer a condamné l’auteur et universitaire palestinien, Ahmad Qatamesh, selon des chefs d’accusation prononcés contre lui.

Ahmad Qatamesh a été accusé d’avoir participé à un rassemblement illégal pour une organisation illégale, plus précisément, il a été accusé d’avoir fait une conférence dans l’une des activités étudiantes organisées par le Pôle des Etudiants Démocratiques, Progressistes de l’université de Birzeit. Il n’a été condamné qu’à une peine de prison de 4 mois avec sursis pour les trois ans à venir s’il donnait à nouveau une conférence dans la période mentionnée. Cependant, Qatamesh n’a pas été libéré par ce qu’il est emprisonné sous détention administrative en plus des chefs d’accusation prononcés contre lui.

En fait, Qatamesh a été arrêté le 24 décembre 2019 et on lui a présenté les chefs d’accusation prononcés contre lui peu après son arrestation. Cependant, les procureurs militaires ont décidé plus tard de lui accorder une libération conditionnelle sous caution. Mais au lieu qu’il soit libéré, le 2 janvier 2020, le Commandant Militaire de Cisjordanie a émis un ordre de détention administrative de quatre mois contre Qatamesh, qui furent ensuite renouvelés pour quatre autres mois. Ainsi, Qatamesh est accusé et en procès et doit en même temps affronter une détention administrative.

Le cas du détenu Ahmad Qatamesh est un exemple clair du caractère arbitraire des autorités d’occupation dans leur utilisation de la détention administrative contre les Palestiniens. Les autorités d’occupation ont poursuivi les procédures du procès contre Qatamesh d’après les chefs d’accusation présentés contre lui en dépit de l’ordre de détention administrative émis contre lui. Les procureurs militaires ont tiré avantage de la possibilité de lui remettre un ordre de détention administrative parce que les charges présentées contre lui n’étaient pas suffisantes pour le mettre en prison.

Par ailleurs, émettre un ordre de détention administrative contre Qatamesh passait par l’allégation que le dossier secret contre lui contenait des informations différentes de celles présentées dans les chefs d’accusation. Les forces d’occupation israéliennes ont utilisé la détention administrative en tant qu’alternative à la mise en place d’un véritable procès faute de preuves de quelque soupçon que ce soit contre Qatamesh. C’est une politique constamment utilisée par les autorités d’occupation lorsqu’elles ciblent des activités palestiniennes, des défenseurs des droits de l’être humain et des universitaires.

Ahmad Qatamesh devrait être libéré le 31 juillet 2020, puisque le renouvellement de son ordre de détention administrative est supposé être le dernier au cas où aucune nouvelle « information secrète » n’apparaîtrait contre lui.

|Formulaires et listes
Faire un don

Votre don à l’AURDIP nous permettra de financer nos activités, d’imprimer des documents, de publier des informations, et de faire campagne auprès des universitaires.
Faire un don