Le congrès du parti travailliste vote en faveur du gel des ventes d’armes à Israël

Les délégués au congrès du Parti Travailliste à Liverpool ont voté aujourd’hui un soutien au gel de la vente d’armes à Israël après avoir débattu d’une motion sur la Palestine, pour la première fois de mémoire d’homme.

Lors de la présentation de la motion pendant l’après midi, le lieu du congrès s’est transformé en une mer de drapeaux, les délégués manifestant leur soutien aux Palestiniens.

Cette motion sans précédent mentionne que « la majorité du peuple palestinien a été déplacée de force de ses maisons » au cours de la Nakba et la motion a condamné « la tentative agressive de réécrire l’histoire et d’effacer les victimes de la guerre de 1948 » (1).

La motion a appelé à « une enquête internationale indépendante sur l’usage de la force par Israël contre les manifestants palestiniens », à une fin immédiate et sans condition du blocus illégal et de la fermeture de Gaza » et à un gel des ventes d’armes par le gouvernement du Royaume Uni à Israël (2).

Israël a tué plus de 170 Palestiniens à Gaza depuis le début des manifestations hebdomadaires de la « Grande Marche du Retour, le 30 mars (3).

La motion a mentionné que parmi ceux qui ont été tués pendant les manifestations palestiniennes des derniers mois, se trouvent des ambulanciers, des journalistes, des femmes et des enfants et que la moitié de ceux qui ont été blessés l’ont été par des tirs de snipers alors qu’ils s’approchaient de la frontière avec Israël.

Hugh Lanning, le président de Palestine Solidarity Campaign (PSC) a dit : « Nous avons assisté aujourd’hui à des scènes de solidarité extraordinaires et le Parti Travailliste a agi justement en reconnaissant l’injustice qui dure dans les violations par Israël des droits des Palestiniens.

C’est un important pas en avant dans la construction de la solidarité avec les Palestiniens au sein du Parti Travailliste et nous espérons que la direction écoutera la volonté du parti sur cette question ».

PSC a distribué plus de mille drapeaux palestiniens au congrès mardi matin. Lors de scènes remarquables, plusieurs centaines de délégués se sont mis debout et ont agité leurs drapeaux dans la salle du congrès pendant le débat de la motion et l’on a pu entendre clairement des slogans « Free Palestine ».

Ben Jamal, le directeur de PSC a dit : « Cette manifestation incroyable de soutien et cette motion historique montrent la force de conviction de la base du parti. Les membres du Labour veulent montrer une solidarité réelle avec les Palestiniens.

Étant donné la qu’Israël continue à tirer à balles réelles pour tuer des manifestants palestiniens non armés, il n’est pas surprenant qu’un soutien se manifeste clairement pour un gel immédiat des ventes d’armes à Israël ».

La motion – présentée par la section de Harlow du Parti Travailliste et soutenue par la section sud ouest de Wolverhampton – est la première qui ait été entendue sur la Palestine à un congrès depuis des années.

La Palestine a été placée au quatrième rang des questions les plus importantes par des sections du parti dans le vote des priorités, après le logement, le système scolaire et la « justice pour la génération Windrush » (il s’agit d’Antillais immigrés en Grande Bretagne dans les années post deuxième guerre mondiale et qui voient leur nationalité britannique contestée et sont menacés d’expulsion - ndlt) et devant le Brexit, le système national de santé, le changement climatique et l’aide sociale.

Sur Twitter, des délégués ont posté des photos de la salle du congrès qualifiant la mer de drapeaux palestiniens de « émouvante », « historique » et « bouleversante ».

Notes

[1] La Nakba – qui veut dire ‘catastrophe’ en arabe – est le mot palestinien désignant l’expulsion de plus de 750 000 Palestiniens en 1948 à la suite de la création de l’État d’Israël. Les Palestiniens constituent aujourd’hui la plus importante population de réfugiés au monde et l’UNRWA (Office de Secours et de Travaux des Nations Unies) a été créée spécialement pour leur apporter une aide humanitaire. À la fin du mois d’août, Donald Trump a annoncé que le gouvernement des États Unis allait arrêter de financer l’UNRWA dans le cadre d’une démarche que les critiques ont vertement tancée d’attaque contre les réfugiés et leur droit au retour.

[2] Depuis 2014, le gouvernement britannique a approuvé des permis d’exportation d’armes et d’autres matériels de technologie militaire vers Israël pour une valeur de plus de 500 millions £ (561 millions €) comprenant des composants pour des missiles antiaériens, des drones et des fusils de snipers. Selon les propres critères du gouvernement du Royaume Uni, des permis ne devraient pas être accordés là où il y a un risque que des armes soient utilisées à des fins de répression et de violation des droits humains ; mais le gouvernement conservateur a refusé de suspendre les ventes d’armes à Israël. La secrétaire d’État aux affaires étrangères du cabinet fantôme, Emily Thornberry, a dit qu’un gouvernement travailliste réviserait la vente d’armes à Israël.

[3] La bande de Gaza – où vivent environ 1,8 millions de Palestiniens, réfugiés pour la plupart – est sous le siège d’Israël depuis 2006. Les manifestations de la Grande Marche du Retour qui se déroulent chaque semaine le vendredi depuis le 30 mars ont vu des milliers de Palestiniens de Gaza en marche vers la frontière avec Israël ; ils protestent contre la décision de Donald Trump de déplacer l’ambassade américaine à Jérusalem et revendiquent leur droit au retour dans leurs maisons.

Navigation

|Formulaires et listes
Faire un don

Votre don à l’AURDIP nous permettra de financer nos activités, d’imprimer des documents, de publier des informations, et de faire campagne auprès des universitaires.
Faire un don

Newsletter