L’armée israélienne tue un Palestinien de 16 ans à Jénine


Ramallah, 11 avril 2022 — Un jeune Palestinien abattu par les forces israéliennes dans le Nord de la Cisjordanie occupée dimanche soir a succombé lundi matin à ses blessures.

Des tirs de l’armée israélienne ont blessé à l’abdomen Mohammad Hussein Mohammad Qassim, 16 ans, vers 17 heures le 10 avril à Jénine, dans le Nord de la Cisjordanie occupée, selon des éléments recueillis par Defense for Children International – Palestine (DCIP). Mohammad a été opéré, mais il a succombé à ses blessures et son décès a été constaté vers 7 heures le 11 avril, selon des éléments recueillis par DCIP.

“L’armée israélienne continue à tuer impunément des enfants palestiniens”, déclare Ayed Abu Eqtaish, directeur du programme de DCIP sur la nécessité de rendre des comptes. “L’impunité systémique signifie que les forces israéliennes peuvent tuer des enfants palestiniens sans craindre la moindre conséquence.”

Un véhicule militaire israélien est entré dans Jénine vers 17 heures dimanche et a pris en chasse un véhicule civil, selon des informations recueillies par DCIP. Mohammad s’est mis à courir derrière le véhicule militaire israélien et semblait regarder au sol pour y trouver des pierres à jeter sur le véhicule, selon un témoin. Soudain, sans aucune sommation, un soldat israélien a tiré trois fois depuis la vitre arrière du véhicule, touchant Mohammad à l’abdomen à une distance d’environ quatre mètres, selon le témoin.

Selon des informations recueillies par DCIP, au moment où Mohammad a été abattu, le véhicule militaire israélien poursuivait un véhicule dans lequel se trouvaient des membres de la famille de Raed Hazem, Palestinien auteur d’une attaque armée à Tel Aviv le 7 avril.

Aux termes du droit international, le recours intentionnel à une force létale n’est justifié qu’en cas de menace imminente de mort ou de blessure grave. Cependant, des enquêtes et des éléments de preuve recueillis par DCIP suggèrent régulièrement que l’armée israélienne emploie une force létale contre des enfants palestiniens dans des circonstances permettant d’évoquer des exécutions extrajudiciaires ou des homicides intentionnels.

Mohammad a été conduit à l’hôpital Al-Razi, à Jénine, où des médecins l’ont opéré. Une balle avait causé la rupture de vaisseaux sanguins, entraînant une forte hémorragie. Les médecins ont trouvé de nombreux fragments de balles dans le bassin et les fesses de Mohammad, selon des éléments recueillis par DCIP.

Après l’intervention, Mohammad a été transféré au service de soins intensifs. Son cœur s’est arrêté peu après 6 heures le 11 avril, et sa mort a été constatée peu après 7 heures, selon des éléments recueillis par DCIP.

Mohammad est le sixième enfant palestinien à avoir subi des tirs mortels de l’armée israélienne en 2022, selon des éléments rassemblés par DCIP.

Les forces israéliennes ont abattu Sanad Mohammad Khalil Abu Atiya le 31 mars tandis qu’il s’approchait d’un homme blessé pour lui porter secours. Nader Haitham Fathi Rayyan, 16 ans, a été tué par l’armée israélienne le 15 mars à l’entrée du camp de réfugiés de Balata, au sud-est de Naplouse.

Les forces israéliennes ont abattu Yamen Nafez Mahmoud Khanafseh à Abu Dis, à l’est de Jérusalem, le 6 mars. Les forces israéliennes ont abattu Mohammad Rezq Shehadeh Salah le 22 février à Al-Khader, au sud-ouest de Bethléem. Un sniper israélien a abattu Mohammad Akram Ali Taher Abu Salah par un tir à balle réelle le 13 février, pendant que des forces israéliennes se déployaient au village de Silat Al-Harithiya près de Jénine, dans le Nord de la Cisjordanie occupée, selon des éléments recueillis par DCIP.

2021 a été l’année la plus meurtrière pour les enfants palestiniens depuis 2014. Les forces israéliennes et les civils armés ont tué 78 enfants palestiniens, selon des éléments recueillis par DCIP.