Des syndicats européens condamnent la tentative d’Israël de criminaliser les défenseurs des droits humains


La décision du gouvernement israélien de déclarer « terroristes » six de premier plan de la société civile palestinienne qui défendent les droits humains, est une nouvelle tentative de criminalisation de l’action de défense des droits et de l’action humanitaire . Les défenseurs des droits humains ne sont pas des terroristes !

Addameer, l’association qui soutient les prisonniers et qui défend les droits humains, Al-Haq, le centre Bison pour la recherche et le développement, Défense des enfants International-Palestine, l’Union des comités du travail agricole et l’Union des comités de femmes palestiniennes font un travail inestimable pour la défense des droits humains dans le contexte de l’occupation, du colonialisme de peuplement et du crime d’apartheid. Cette qualification par le gouvernement israélien peut interdire l’action ces défenseurs des droits humains, confisquer leurs biens et empêcher leurs activités.

Le réseau européen des syndicats pour la justice en Palestine, une coalition de 35 organisations syndicales européennes, est pleinement solidaire des six organisations et de leurs travailleurs. Nous exigeons l’annulation immédiate de la décision inacceptable du gouvernement israélien et nous en appelons à l’Union Européenne et aux pays européens pour qu’ils soutiennent la société civile palestinienne dans son combat pour la dignité, la libération et l’égalité des droits et pour qu’ils agissent en exigeant du gouvernement israélien qu’il se conforme au droit international et au droit des droits humains.