Des étudiants de Princeton encouragés par un vote très serré lors d’un référendum sur le désinvestissement d’Israël

| Ali Abunimah pour The Electronic Intifada | Traduction LM pour l’AURDIP |

Un référendum destiné aux étudiants, demandant à l’université de Princeton de se désinvestir des entreprises qui tirent profit de l’occupation Israélienne en Palestine, a été rejeté par une très faible marge de voix.

Mais les militants considèrent le résultat comme un succès remarquable puisque 965 étudiants de premier cycle (47,5%) ont voté pour la mesure et 1067 (52.5%) ont voté contre.

« Bien que le désinvestissement n’ait pas pu se faire cette fois-ci, nous vous encourageons à garder espoir, puisque nous avons gagné de nombreuses autres façons », a déclaré vendredi la coalition de la campagne “Princeton Divests” sur leur site internet.

Les étudiants de troisième cycle seront amenés à voter lors d’un référendum similaire le 29 avril.

« Le désinvestissement a toujours été un combat difficile, et nous savions dès le départ que l’échec (au sens électoral strict) était probable cette fois-ci. » ajouta le groupe. « Depuis le tout début, nous voyions cette campagne comme une étape parmi beaucoup d’autres pour préparer les bases du changement.»

Plus de 70 professeurs permanents de Princeton ont soutenu la campagne exhortant l’université à retirer ses investissements des entreprises incluant RE/MAX, Caterpillar et Hewlett-Packard.

« Un de nos principaux objectifs était d’éduquer et d’engager une large diversité d’étudiants contre l’injustice, la souffrance et la violation des droits humains des Palestiniens en Cisjordanie et à Gaza, » a dit Princeton Divests, « ainsi que contre la participation continue de notre université à cette oppression systématique par le biais des investissements. »

L’histoire d’une lutte

Princeton possède une longue histoire de résistance aux désinvestissements pour finalement céder à de telles demandes. Les premières manifestations du campus, demandant le désinvestissement des entreprises complices de l’apartheid en Afrique du Sud, se sont déroulées en 1959. Mais il a fallu plus de 20 ans à l’université pour finalement agir.

En 2006, avec beaucoup moins de résistance, l’université annonçait qu’elle allait « désinvestir des entreprises qu’elle pense être complices du génocide » dans la région de Darfour au Soudan.

Large soutien

Princeton Divests a diffusé la vidéo en haut de cette page dans le cadre de ses efforts pour montrer le large soutien au désinvestissement parmi les étudiants.

La coalition a également organisé un forum le 8 avril avec la participation du professeur émérite Cornel West, de l’auteur Max Blumenthal et des professeurs Robert Tignor, Molly Greene et Max Weiss.

Dans des contributions avec plusieurs leçons destinées aux militants actuels, Larry Hamm un ancien étudiant, parla de son expérience de militant pour le désinvestissement de l’Afrique du Sud en tant qu’étudiant de Princeton dans les années 1970.

« Aucune cause juste n’est populaire au départ » remarqua Hamm, « S’il y en a une, qu’on me la signale ».

Regarder la vidéo du forum :