USA : la faculté de droit de CUNY devient le dernier département universitaire en date à approuver BDS

USA : la faculté de droit de CUNY devient le dernier département universitaire à approuver BDS


La faculté de droit de l’Université de la ville de New York (City University of New York, CUNY) accepte d’appuyer le boycott d’Israël en soutien des droits palestiniens

La faculté d’une école de droit majeure de l’université de la ville de New York a voté une résolution approuvant le mouvement de Boycott, sanctions et désinvestissement (BDS), devenant le dernier département d’une université américaine à montrer leur soutien aux droits palestiniens.

La Faculté de droit de la l’Université de la ville de New York (CUNY) a approuvé à l’unanimité la résolution la semaine dernière, a rapporté le New York Post.

Elle a été à l’origine proposée par l’association des étudiants et co-parrainée par les sections de l’université de Students for Justice in Palestine (Etudiants pour la justice en Palestine, SJP) et de Jewish Law Students’ Association (Association des étudiants en droit juifs, JLSA). L’association des étudiants a voté la résolution en décembre.

Happy graduation day to our 3L members ! Just in time to celebrate their hard work both as law students and @cunyjlsa members over the last three years, we have a historic announcement :

Yesterday @CUNYLaw faculty endorsed @cunylawsg’s BDS resolution from December 2021‼️ pic.twitter.com/4Rkb2VDdkN

— CUNY JLSA (@cunyjlsa) May 13, 2022

[Bonne remise des diplômes à nos membres 3L ! Juste à temps pour célébrer leur dur travail à la fois comme étudiants en droit et comme membres de JLSA-CUNY pendant les trois dernières années, nous avons une annonce historique : Hier, la faculté de droit de CUNY a approuvé la résolution BDS de décembre 2021 . JLSA-CUNY, 13 mai 2022]

La résolution critique la complicité de CUNY « dans l’apartheid actuel, le génocide et les crimes de guerre perpétrés par l’Etat d’Israël contre le peuple palestinien, par ses investissements dans les compagnies profitant des crimes de guerre israéliens et par ses contrats avec ces compagnies ».

« CUNY a une histoire de censure, de répression, de harcèlement et de surveillance des militants solidaires avec la Palestine, y compris les actuels étudiants de droit de CUNY soutenant cette résolution », ajoute la résolution.

Le mouvement BDS est une initiative non-violente, d’origine palestinienne, encourageant les individus, les nations et les organisations à censurer par une variété de boycotts les violations régulières par Israël du droit internationale et des standards des droits humains.

La résolution approuvée par la faculté de droit affirme que CUNY a plusieurs accords avec des compagnies d’armes et de sécurité qui profitent de l’occupation par Israël des territoires palestiniens, tel que Raytheon.

Elle mentionne aussi que l’université offre un entraînement, sans frais de scolarité, aux agents de NYPD [le département de police de New York], un département qui dirige un programme d’échange de formation avec Israël.

En juin dernier, le Congrès du personnel de CUNY — qui représente 30000 membres de tout le système universitaire — a voté une résolution appelant Israël un Etat colonial de peuplement et d’apartheid.

En décembre, le recteur de l’université, Felix V Matos Rodriguez, a dit que l’école « ne peut participer aux activités de BDS, ni les soutenir et qu’il est requis d’elle qu’elle désinvestisse ses fonds publics de toutes les compagnies qui le font ».

Dans les récentes années, le plaidoyer et le militantisme entourant les droits palestiniens ont augmenté dans plusieurs universités de tout le pays. Les départements et les organisations de plusieurs institutions importantes ont aussi adopté des résolutions en soutien de BDS, incluant le journal Crimson de l’université Harvard, qui a approuvé le mouvement plus tôt cette année.

En mars, l’Association des études sur le Moyen-Orient (Middle East Studies Association, Mesa), qui comprend près de 3000 universitaires et éducateurs du monde entier, a voté de manière écrasante pour approuver le mouvement BDS.

Cependant, en même temps, les Etats-Unis ont vu des dizaines d’Etats voter des lois anti-BDS, dans une tentative pour étouffer les critiques d’Israël.

Plusieurs universitaires ont aussi affirmé que leur soutien pour les Palestiniens a causé du tort à leurs carrières, dont Valentina Azarova, une universitaire internationale de premier plan, qui se serait vu refuser un poste à l’université de Toronto à cause de sa critique d’Israël.

Cornel West, un militant, philosophe et universitaire américain, a démissionné de l’université Harvard l’an dernier, citant en partie un « biais anti-palestinien » comme une de ses raisons pour partir.

Le Bureau des communications et du marketing de CUNY a renvoyé Middle East Eye à l’école de droit de l’université. MEE a contacté l’école de droit de CUNY pour obtenir ses commentaires.