AURDIP

Newsletter de l’AURDIP du 21 mai 2015

L’amour au temps de l’apartheid

Le ministère israélien de la défense vient de décider d’interdire aux 92000 Palestiniens de Cisjordanie se rendant chaque jour en Israël pour y travailler, de façon légale ou illégale, d’utiliser les mêmes autobus que les Israéliens pour revenir chez eux. Sans doute gêné par les réactions à cette décision qui ne constitue qu’une étape supplémentaire dans l’instauration de l’apartheid, Benyamin Nétanyahou en a suspendu provisoirement l’application, mais celle-ci va désormais planer comme une menace sur la population palestinienne. La ségrégation viendrait-elle donc s’ajouter à la séparation déjà établie par le Mur et les checkpoints, et au processus de colonisation qui ne cesse de s’étendre ?

Et pendant ce temps, à l’Institut Français de Jérusalem, on s’apprête à faire la fête. Le 30 mai prochain, dans les beaux jardins du Consulat Général de France, à l’heure où le soleil décline, se tiendra un « Banquet philosophique » où, comme dans « Le Banquet » de Platon, des philosophes français et israéliens débattront « de l’une des questions les plus anciennes et les plus décisives de l’existence humaine » nous apprend le site officiel de l’Institut français, qui est : la liberté, la dignité, le respect du droit ? Mais non, l’amour. Monique Canto-Sperber, qui fait partie de ce nouveau voyage en Orient, venant de publier un livre consacré à l’amour, sous le titre prometteur de « Sans foi ni loi », un peu de promotion supplémentaire ne pouvait pas nuire.

La soirée à Jérusalem sera précédée, le 28 mai, d’une « Nuit de la philosophie et des arts » qui réunira, je cite à nouveau, « quinze philosophes français reconnus et plus de soixante-dix philosophes ou intellectuels israéliens ». Il serait amusant de passer au crible le programme de cette manifestation, supposée s’interroger sur les « questions essentielles qui influencent nos sociétés actuelles ». Monique Canto-Sperber dont on sait qu’elle a été directement responsable, en 2011, de deux dénis flagrants de la liberté académique posera, par exemple, la question de savoir si « la liberté d’expression est sans limite ». On suppose qu’elle répondra, en connaissance de cause, par la négative. Il n’y a pas que les terres que l’on confisque en Israël. Il n’y a pas que le droit que l’on foule aux pieds. Il y a aussi la pensée. Au cours de cette nuit, où bien sûr pas un seul philosophe palestinien, qu’il soit ou non muni d’un passeport israélien, n’aura été invité (je pense, par exemple, à Sari Nusseibeh, lecteur attentif de Sartre) on aura le toupet de projeter l’abécédaire de Gilles Deleuze, alors même que celui-ci a toujours soutenu les droits des Palestiniens, et qu’il a même été un collaborateur régulier de la Revue d’Études Palestiniennes, dans laquelle, par exemple, il avait publié en 1983, après les massacres de Sabra et Chatila et après l’expulsion de l’OLP hors du Liban, un article intitulé : « Grandeur de Yasser Arafat ».

Dans l’organisation de la diplomatie française, il était entendu jusqu’à présent que si l’ambassade de France à Tel Aviv gérait les rapports avec Israël, le consulat général de France avait en charge les rapports avec l’Autorité Palestinienne et la bande de Gaza. On aurait pu imaginer que le second épisode de l’événement culturel concocté par notre diplomatie, consisterait en une rencontre entre universitaires et intellectuels palestiniens et philosophes français. Or il n’y aura aucune place pour les intellectuels palestiniens à la table du banquet « orchestré » (c’est l’expression qui, encore une fois, figure sur le site) par l’Institut français de Jérusalem. Celui-ci aura-t-il donc été, lui aussi, colonisé, ou annexé illégalement, comme le fut en 1967, la partie Est de la ville de Jérusalem ? Ou bien ses responsables, contrairement aux déclarations officielles que l’on entend à Paris et contrairement au droit international, se sont-ils rangés à l’idée qu’il n’y a plus qu’un seul État sur ce qui fut le territoire mandataire de la Palestine, et que cet État est Israël ?

On peut comprendre les motivations de la diplomatie française qui incite à ménager les interlocuteurs israéliens. On en ménage du reste bien d’autres, qui ne sont certainement pas plus respectueux des droits humains et du droit international qu’Israël. L’État a ses raisons que le cœur ne connaît pas. On aurait pu espérer cependant qu’elle montre un peu plus de respect pour les Palestiniens. En revanche, la Nuit israélienne de la philosophie montre à quel degré de démarche courtisane ce qui n’est plus ici qu’une discipline académique et conformiste, - je veux dire la philosophie - en est arrivée. Rony Klein, un des orateurs israéliens de Tel Aviv prétend parler non pas de la « trahison des clercs » comme il aurait fallu le faire, mais du « rôle de l’intellectuel aujourd’hui », dans un aéropage où il s’agira surtout de s’incliner devant les pouvoirs, en refusant de voir et d’entendre l’injustice et la souffrance de ceux dont on confisque les terres, dont on détruit les maisons, et qui bientôt, peut-être, ne seront plus autorisés à emprunter les mêmes bus que leurs colonisateurs. Mais c’est vrai qu’ils ne peuvent déjà plus emprunter les mêmes routes. Après tout, pourquoi ne pas parler d’amour à Jérusalem, car l’amour dit-on, est aveugle, comme nos philosophes semblent bien l’être.

Sonia Dayan-Herzbrun est Professeur émérite en sociologie politique à l’Université Paris- Diderot, et elle est également Vice-Présidente de l’Association des universitaires pour le respect du droit international en Palestine (AURDIP)

Lettre de l’AURDIP au Directeur de l’Institut d’Études Politiques de Bordeaux

|AURDIP |Nos actions

Monsieur Vincent Hoffmann-Martinot, Directeur de l’Institut d’Études Politiques de Bordeaux,
L’Association des Universitaires pour le Respect du Droit International en Palestine a appris que l’Institut d’Études Politiques - Sciences Po Bordeaux avait conclu en novembre 2007 un accord de coopération avec l’Université Ben Gourion de Beer Sheva. Cette université, située en Israël dans le Néguev, compte près de 20.000 étudiants, répartis en 5 facultés, dont une faculté des sciences sociales qui compte un (...)

Is being a critic of Israeli state policies the same as being an anti-Semite ?

Recently a battle has begun over the way the U.S. State Department defines the term “anti-Semitic.” As the Los Angeles Times notes, the current State Department version, “defines more general ethnic and religious hatred against Jews but also declares that it is anti-Semitic to demonize Israel, deny Israel’s right to exist, liken Israeli policy to that of the Nazis and blame Israel for all inter-religious tensions.” The Times goes on to note that
« 57 rabbis from California and 104 University (...)

Des centaines d’universitaires interpellent le Département d’Etat pour qu’il rectifie sa définition de l’antisémitisme et respecte en tant que libre expression la critique d’Israël

18 mai 2015 - Une lettre ouverte signée par plus de 250 membres du Conseil Académique Consultatif de Jewish Voice for Peace demande au Département d’Etat des Etats-Unis de revoir sa définition de l’antisémitisme de façon à empécher toute accusation d’antisémitisme d’être utilisée pour réduire au silence les critiques d’Israël.
A la lumière de récents articles, qui ont fait l’actualité, et qui mêlaient les débats sur les campus à propos de la politique israélienne avec des compte-rendus de montée de (...)

Les étudiants de troisième cycle de Princeton soutiennent largement le désinvestissement de l’occupation israélienne

Les étudiants de troisième cycle de l’Université de Princeton ont voté en grande majorité pour le désinvestissement des entreprises qui tirent profit de l’occupation israélienne en Palestine.
L’initiative a été adoptée avec 56% de votes favorables (417 voix) contre 39 % de votes défavorables (292 voix).
En avril, les étudiants de premier cycle ont rejeté à une faible majorité une initiative de désinvestissement avec 52,5% de voix contre et 47,5% de voix pour.
Mais en additionnant les deux résultats, 1382 (...)

La Nakba : un crime observé, ignoré mais pas oublié

| Ilan Pappe pour MEE |Tribunes version en

Le 15 mai est généralement un déclic pour un voyage dans le temps. Et pour une raison incompréhensible, chacun de ces voyages rappelle un aspect différent de la Nakba. Cette année, je suis plus que tout préoccupé par l’apathie et l’indifférence perpétuelle de l’élite politique et des médias occidentaux face au sort des Palestiniens. Même l’horreur du camp de Yarmouk n’a pas établi dans l’esprit des hommes politiques et des journalistes la possible connexion entre porter secours aux réfugiés qui s’y trouvent et (...)

La société civile palestinienne presse Federica Mogherini, responsable de la diplomatie de l’UE, d’exclure les entreprises militaires israéliennes des programmes de recherche européens

Dans une lettre à Federica Mogherini, la cheffe de la politique étrangère de l’UE, 30 coalitions palestiniennes, syndicats et organisations de la société civile ont appelé l’UE à exclure les sociétés militaires israéliennes d’Horizon 2020 – un nouveau programme de recherche et d’innovation européen.

Conférence d’Omar Barghouti et de Rebecca Vilkomerson : Quelle est la prochaine étape dans la lutte mondiale pour les droits palestiniens

BDS@10 présente une conférence d’Omar Barghouti et de Rebecca Vilkomerson modérée par David Stein à la Fondation Alwan pour les Arts sur :
Quelle est la prochaine étape dans la lutte mondiale pour les droits des Palestiniens
Mercredi 6 mai 2015, 19h à la Fondation Alwan pour les Arts
Entrée libre et gratuite
Il y a dix ans, la société civile palestinienne a lancé un appel pour une campagne de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) contre Israël jusqu’à ce qu’Israël se plie au droit (...)

L’Université de Tel Aviv soutient l’armée et les entreprises militaires

L’Université de Tel-Aviv a annoncé qu’elle décernera des bourses honorifiques pour l’année 2015 à quatre fonctionnaires de l’armée israélienne et à des dirigeants d’entreprises militaires. Ces bourses seront présentées à l’occasion d’une cérémonie de gala jeudi soir, à l’occasion d’une réunion du Conseil d’administration de l’Université.
L’Université de Tel Aviv mentionne que les bourses honorifiques récompensent les récipiendaires « pour leur contribution sans précédent à la force et à la sécurité d’Israël et de ses (...)

Ordre a été donné à des soldats israéliens de tuer des civils, affirme ’Breaking the Silence’

Des soldats israéliens avaient reçu l’ordre de tirer sur les civils en vue de les tuer lors de l’attaque contre Gaza l’été dernier, affirment des témoignages publiés par le groupe ’Breaking the Silence’ [Briser le silence].
Les témoignages, qui comprennent plusieurs entretiens avec des militaires israéliens de rang intermédiaire, mettent en lumière l’extrème cruauté qui a accompagné cette offensive de 51 jours.
Certains témoignages affirment qu’il avait été signifié aux soldats israéliens que tout à Gaza (...)

Les conseils représentatifs des étudiants de cinq universités sud-africaines participent au boycott académique d’Israël

4 Mai 2015 – Nous voici réunis aujourd’hui en tant que présidents des conseils représentatifs des étudiants de cinq universités sud-africaines, à savoir l’Université d’Afrique du Sud, l’Université de technologie de la péninsule du Cap, l’Université de technologie de Durban, l’Université Mangasutho de technologie et l’Université du Cap occidental. En ce jour qui restera dans l’histoire, nous annonçons les résolutions adoptées par nos conseils représentatifs des étudiants (CRE) de participer au boycott (...)

Ce que craint Israël avec le succès du mouvement de Boycott, Désinvestissement et Sanctions

La plupart des gens comprennent comment les politiciens se servent du processus de l’amendement pour ajouter après coup des messages apparemment sans lien, mais politiquement efficaces, pour une autre législation qui n’a rien d’habituel et d’inoffensif. Qui aurait imaginé qu’un projet de loi ordinaire relatif au commerce serait utilisé pour prendre une position controversée, et même radicale, sur le conflit Israël-Palestine, et en particulier sur le mouvement de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (...)

L’apartheid et la lutte nationale palestinienne

Observations préliminaires
Dans cette période où l’on commémore et parle tant du centenaire du génocide arménien de 1915, il semble opportun d’attirer l’attention sur la persécution du peuple palestinien qui est comparable. Cette deuxième histoire de persécution collective qui persiste a aussi débuté il y presque un siècle avec la signature, par le Ministère britannique des affaires étrangères, de la Déclaration de Balfour qui soutenait le projet du mouvement sioniste d’établir un foyer national pour le (...)

Sortie du livre : Être palestinien en Israël – Ségrégation, discrimination et démocratie – Ben White

La Guillotine est heureuse de vous proposer sa deuxième publication. Après Europe-Israël : Une alliance contre-nature de David Cronin, traitant des relations ambivalentes entre l’Europe et Israël, cette fois il s’agit d’une investigation abordant un autre sujet peu éclairé. Alors que les Palestiniens en Israël s’imposent comme une composante incontournable de la réflexion politique et de l’action pour libérer la Palestine de l’apartheid et de la domination militaire sionistes, aucun livre en français (...)

La section locale 3902 du Syndicat Canadien de la Fonction Publique (SCFP) vote pour le boycott, le désinvestissement et les sanctions contre Israël

Par un vote écrasant lors de son Assemblée Générale Annuelle du lundi 27 avril 2015, la section locale 3902 du Syndicat Canadien de la Fonction Publique (SCFP) a approuvé la campagne Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) contre Israël.
Le SCFP 3902 représente plus de 7000 moniteurs, chargés de cours et enseignants contractuels de l’Université de Toronto. Ce vote fait suite à la grève de l’unité 1 du syndicat plus tôt cette année.
« Après un débat passionné, les membres présents à l’Assemblée (...)

© AURDIP — 2015