Les forces israéliennes tirent pour tuer deux garçons palestiniens en Cisjordanie, après le cessez-le-feu à Gaza


Ramallah, le 10 août 2022 – Les forces israéliennes ont abattu deux garçons palestiniens de 16 ans hier en des agressions distinctes, dans deux villes palestiniennes de la Cisjordanie occupée.

Hussein Jamal Hussein Taha, 16 ans, a été abattu par des balles réelles tirées dans son bas-ventre vers 8 h 30, le 9 août, alors que l’armée israélienne entrait avec fracas dans la vieille ville de Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie occupée, selon les documents recueillis par Defense for Children International-Palestine. Hussein se rendait dans une épicerie avec son père et son frère de 13 ans, quand un soldat israélien lui a tiré dans le ventre, tout près des affrontements avaient lieu entre Palestiniens et forces israéliennes. Hussein a été transféré à l’hôpital Rafidia et y a subi une intervention chirurgicale d’une heure et quart, avant que les médecins ne constatent son décès.

Momen Yasin Mohammad Joude Jaber, 16 ans, a été abattu par des balles réelles dans la poitrine par les forces israéliennes, aux environs de 15 heures, ce même 9 août, dans le quartier de Bab Al-Zawiya, à Hébron, dans le sud de la Cisjordanie occupée, selon les documents recueillis par DCIP. Il a d’abord été transféré à l’hôpital Aley où il a d’abord été réanimé puis transféré à l’hôpital Al-Ahly, à Hébron, où il a subi une intervention chirurgicale pour soigner ses blessures. Mais Momen a été déclaré mort vers 17 heures.

Un grand nombre de soldats israéliens s’étaient déployés à travers Hébron, notamment des tireurs embusqués sur les toits d’immeubles, alors que les Palestiniens manifestaient pour protester contre l’incursion militaire israélienne dans Naplouse lancée plus tôt dans la journée. Momen a été abattu d’une seule balle dans la poitrine, elle l’a blessé au cœur et aux poumons, entraînant un arrêt cardiaque, selon l’information obtenue par DCIPI.

« Malgré un soi-disant cessez-le-feu que les forces israéliennes ont dit accepter dimanche, les soldats israéliens continuent de tirer sur les enfants palestiniens en toute impunité » a déclaré à DCIP Ayed Abu Eqtaish, directeur du programme de responsabilisation. « Les soldats israéliens, apparemment, tirent pour tuer, au mépris total des normes internationales, perpétrant des crimes de guerre, pendant que la communauté internationale reste silencieuse »

Trente-six enfants palestiniens ont été tués en 2022, selon la documentation recueillie par DCIP, incluant 20 enfants palestiniens abattus par les forces israéliennes en Cisjordanie occupée.

Entre le 5 et le 7 août, l’armée israélienne a lancé une offensive sur la bande de Gaza qui a entraîné la mort de 16 enfants palestiniens, selon cette même documentation.

En vertu du droit international, la force létale intentionnelle n’est justifiée que dans des circonstances où il existe une menace directe pour la vie ou de graves blessures. Cependant, les enquêtes et éléments de preuves réunies par DCIP semblent régulièrement indiquer que les forces israéliennes utilisent la force meurtrière contre les enfants palestiniens dans des circonstances qui équivalente à des exécutions extrajudiciaieres ou délibérées.

2021 a été l’année la plus meurtrière pour les enfants palestiniens depuis 2014. Les forces israéliennes et les civils israéliens armés ont tué 78 enfants palestiniens, selon les éléments probants rassemblés par DCIP.

- Photo : Les forces israéliennes ont tiré pour tuer Hussein Jamal Hussein Taha, à gauche, et pour tuer Momen Yasin Mohammad Joude Jaber, tous deux âgés de 16 ans, en deux agressions distinctes, en Cisjordanie, le 9 août. (Photos : avec l’aimable autorisation des familles Taha et Jaber).