Comité de soutien pour les libertés d’expression et de réunion à l’ENS - La question palestinienne doit-elle rester taboue ?

|

Collectif Palestine ENS | 03/03/2011 |

Le scandale suscité par l’"affaire Hessel" aurait pu faire penser que l’actuelle direction de l’ENS renoncerait aux tentatives de musellement de l’expression critique à l’égard de la politique israélienne.

Le Collectif Palestine-ENS, constitué d’étudiants et de professeurs, a souhaité poursuivre ses activités. Afin de réfléchir à la pertinence de la qualification d’apartheid pour décrire la situation israélo-palestinienne, le Collectif a mis sur pied un programme de conférences-débats s’inscrivant dans le cadre de la semaine internationale Israeli Apartheid Week et destiné à la communauté normalienne. Ce programme a été soumis à la Direction avec une demande de salle et une proposition ouverte de discussion et de réflexion autour de la question de la sécurité - qui avait motivé, selon la Direction, la décision d’interdiction de la réunion au sein de l’établissement.

Après deux semaines de tergiversations, la Direction nous a finalement fait part de son refus le 21 février, sans même prendre la peine de le motiver. Afin de protester contre le régime d’exception dont il faisait l’objet au sein de l’établissement et pour faire valoir ses droits, le Collectif Palestine ENS a décidé de saisir le Tribunal Administratif le 24 février. Le 26 février, le juge des référés a donné raison au Collectif Palestine ENS, estimant que les plaignants "sont fondés à soutenir que la directrice de l’ENS, dans l’exercice de ses fonctions, a porté une atteinte grave et manifestement illégale à la liberté de réunion, qui constitue une liberté fondamentale".

Contrecarrée dans ses tentatives par la décision du juge, la Directrice s’apprête à opérer un pourvoi en Conseil d’Etat afin de faire invalider l’ordonnance du juge des référés. Elle a par ailleurs signifié au Collectif qu’elle refusait de l’autoriser à tenir ses conférences. Afin de renforcer notre défense, nous nous trouvons donc contraints de rassembler à nouveau tous les soutiens possibles.

Au-delà de la question palestinienne, il nous semble important de réagir à la politique liberticide de l’actuelle direction de l’Ecole, rompant radicalement avec la tradition d’ouverture et d’engagement qui a jusqu’à présent prévalu en ses murs.

Nous appelons par conséquent toute la communauté normalienne ainsi que tout citoyen attaché aux principes fondamentaux de la liberté d’expression et de réunion, à s’associer au comité de soutien de notre action en recours auprès du tribunal administratif et du conseil d’état. Un formulaire est destiné à cet effet en bas de page. En retour nous nous engageons à vous tenir informés de nos démarches auprès de la justice et de la direction.

Le Collectif Palestine ENS.

collectifenspalestine chez gmail.com

Formulaire de soutien au Collectif Palestine ENS

Liste d’articles sur le sujet (amenée à évoluer) :

http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/03/01/debat-sur-israel-l-ens-condamnee-pour-entrave-a-la-liberte-d-expression_1486931_3224.html

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5ijADCDs0bAn9f1v7FtBIQGbRiM1g?docId=CNG.b01e12de2ddc74a57cbe736a0f2f0b07.361

http://www.lexpress.fr/culture/livre/l-ens-condamnee-pour-atteinte-grave-a-la-liberte-d-expression_967886.html

Chronologie des faits depuis l’affaire Hessel :

1) 18 janvier : date de la conférence prévue et annulée (par téléphone le 12 janvier, par écrit le 14) pour des raisons de sécurité selon la Direction. Tenue d’un meeting de protestation devant le Panthéon avec 1500 personnes, dont Stéphane Hessel et des représentants de tous les partis politiques.

2) Lancement d’une pétition interne à l’ENS demandant que le Collectif Palestine puisse jouir de la même liberté de parole et d’action que les autres groupes associatifs de l’ENS.

3) 4 février : rencontre avec la Direction et dépôt de la pétition restreinte à la communauté normalienne rassemblant plus de 600 signatures. La Direction affirme qu’il n’y aura pas censure et propose une réunion le 9 février pour discuter des questions de sécurité. Le Collectif fait une demande officielle de salle.

4) 9 février : réunion avec la Direction pour évoquer les questions de sécurité et donner le programme. La Direction refuse de répondre sur l’autorisation de ces conférences.

5) 18 février : Suite au long silence de la Direction, le Collectif va demander ce qu’il en est. La Direction répond que la conférence est interdite. Le Collectif exige d’avoir une réponse écrite et motivée. La Direction s’engage à la fournir le 21.

6) 21 février : La Direction remet un document sans entête, non daté, non signé où figure une seule ligne signifiant l’interdiction. Devant les protestations du collectif, la Direction accepte d’indiquer la date, de le signer et de mettre une entête, cependant elle refuse de motiver sa décision. Elle refuse aussi d’inscrire que nous demandons des explications.

7) 24 février : le Collectif Palestine ENS saisit le Tribunal Administratif

8) 26 février : le TA suspend les effets de la décision de la Direction et lui demande de réexaminer la demande sous 3 jours, estimant que « La directrice de l’ENS, dans l’exercice de ses fonctions a porté une atteinte grave et manifestement illégale à la liberté de réunion qui constitue une liberté fondamentale »

9) 1er mars : La Direction renouvelle son refus, invoquant des raisons de sécurité, de débat non contradictoire notamment.

10) Le Collectif se prépare à saisir à nouveau le TA puisque la Direction continue à entraver sa liberté d’expression et de réunion.

Ancienne REVUE DE PRESSE autour de l’annulation de la conférence de Stéphane Hessel :

L’objet de la réunion : http://www.mediapart.fr/club/edition/soutenons-stephane-hessel-et-les-pacifistes-de-la-campagne-bds

Premières informations disponibles sur les motifs de l’annulation : http://www.crif.org/?page=articles_display/detail&aid=23242&returnto=accueil/main&artyd=70,

L’onde de choc : http://www.liberation.fr/monde/01012314984-ce-que-nous-voulions-dire-a-normale-sup

http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/01/26/cher-monsieur-hessel-chere-madame-shahid-chers-participants_1470208_3232.html

http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/01/19/stephane-hessel-je-ne-me-considere-ni-comme-un-sage-ni-comme-une-icone_1467908_3224.html

http://www.mediapart.fr/club/edition/soutenons-stephane-hessel-et-les-pacifistes-de-la-campagne-bds/article/260111/michal-et

http://www.mediapart.fr/club/edition/soutenons-stephane-hessel-et-les-pacifistes-de-la-campagne-bds/article/170111/lettre-du

http://www.acrimed.org/article3522.html http://www.sud-recherche.org/SPIPprod/spip.php?article1027

http://www.politis.fr/Hessel-censure,12803.html

http://www.lemonde.fr/web/recherche_breve/1,13-0,37-1146593,0.html

Les explications de Monique Canto-Sperber :

http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/01/27/pourquoi-j-ai-annule-un-meeting-propalestinien_1471386_3232.html

Réponse très brève d’ENS-palestine : Notre demande de réservation était parfaitement standard, le programme diffusé sur le net correspondait au contenu annoncé, le nombre de place limité sur réservation et les questions de sécurité déjà évoqués 3 semaines auparavant avec la direction... Nos recherches d’aménagement raisonnable avec la direction ont été bloqués à partir de la décision d’interdiction. Et en tout état de cause, la notoriété des invités n’a pas été pris en compte....

Les explications de Valérie Pecresse sur France 2 :